USMA: Les comptes débloqués, et maintenant ?

0
143

Après bien des péripéties, des procédures, une mobilisation sans précédent accompagnée de marches impressionnantes des supporters, les comptes bancaires de l’USMA sont enfin débloqués officiellement.

Cette nouvelle coïncide avec la condamnation par le tribunal de Sidi M’hamed de son ex-président et actionnaire majoritaire, Ali Haddad, à 7 ans de prison ferme. Un hasard ou plutôt un signe qu’une page vient de se tourner dans l’histoire de ce prestigieux club algérois. Une autre va forcément s’ouvrir avec de nouvelles perspectives, mais aussi avec beaucoup d’incertitudes. Il est vrai aussi que le club usmiste a connu ces derniers temps une petite embellie financière avec l’engagement du groupe portuaire Serport en tant que sponsor majeur. Une bouffée d’oxygène qui a permis aux dirigeants de régler deux des nombreux salaires impayés de leurs joueurs. Ces derniers, il faut le dire, sont restés solidaires et fidèles, malgré la mauvaise passe qu’a traversée l’USMA. Est-ce à dire que la crise est terminée ? Rien n’est moins sûr. A l’instar de pratiquement tous les clubs de l’élite, les Rouge et Noir sont confrontés à des difficultés financières étouffantes. Ils trainent des dettes estimées à des centaines de milliards de centimes, même si ces chiffres sont difficilement vérifiables. Il reste que le club est déficitaire et sa marge de manœuvre est très étroite sur le plan financier. Cela dit, que signifie concrètement le dégel des comptes de l’USMA ? D’abord avec l’argent qui s’y trouve, même si le montant n’est pas très significatif d’après des indiscrétions, les dirigeants pourront payer encore au moins un salaire à leurs joueurs. Mais le plus important est que désormais le club peut changer de propriétaire, comme l’a confié son avocat Ahmed Dahim. «Maintenant que le compte bancaire est officiellement débloqué, un nouveau propriétaire, que ce soit une société étatique ou privée, pourra racheter les actions de la SSPA/USMA et prendre ainsi les rênes du club». Mais il faudra trouver un investisseur qui accepte de prendre à son compte le passif du club et ses énormes dettes. Ce qui n’est pas du tout évident dans la conjoncture actuelle. On se rappelle de la société, Hayat Petroleum, sortie de nulle part qui voulait reprendre le club, au moment où les comptes étaient gelés. Va-t-elle de nouveau se manifester maintenant que la voie est libre, ou bien va-t-on découvrir que cette société n’existe pas réellement comme l’ont affirmé d’anciens joueurs de l’USMA comme Achiou et Hamdoud. Pour eux, Hayat Petroleum n’est qu’une manœuvre des anciens propriétaires, la famille Haddad, pour rester aux commandes du club. L’on verra plus clair dans les jours à venir à ce sujet. Mais tout porte à croire que Serport va investir davantage à l’USMA. Son directeur général, Achour Djelloul, l’a d’ailleurs laissé entendre lors de la signature du contrat de sponsoring. Il a toutefois écarté l’idée de racheter le club pour le moment. Cela ne pourra se faire qu’avec l’engagement d’autres investisseurs comme Sonelgaz, sponsor historique de l’USMA. C’est une hypothèse plausible sachant que l’Etat a confirmé sa volonté de doter tous les clubs de l’élite de sociétés publiques à même d’assurer leur continuité sur le plan financier. Pour l’USMA, on peut dire que le plus dur est passé. Reste à présent à trouver la voie et les moyens pour rester au sommet de la hiérarchie du football national. C’est une autre paire de manches.

Ali Nezlioui