Viandes rouges: Omari réunit le Conseil interprofessionnel de la  filière

0
149

Le ministre de l’Agriculture, du Développement  rural et de la Pêche, Chérif Omari, a présidé hier à Alger une réunion  avec le Conseil interprofessionnel de la filière viandes rouges (CNIFVR)  consacrée au développement et à l’organisation de cette filière.

Lors de cette rencontre, « la première du genre avec les représentants de  la filière », le ministre a examiné avec les professionnels la feuille de  route du Conseil en matière de développement des productions des viandes  rouges et de régulation du marché. Dans ce cadre, M. Omari a indiqué que le programme d’approvisionnement du  marché en viande rouge de production nationale et d’importation répondra  « largement » à la demande du mois de Ramadhan prochain. Cette réunion a été aussi une occasion pour écouter les préoccupations des  professionnels notamment au niveau local.  A ce propos, « le ministre a donné des instructions pour que ces  préoccupations soient traitées en temps réel par les structures de son  secteur, et ce, afin de faciliter et d’accélérer la coordination ». Il a, à cet égard, rappelé que l’administration est « ouverte à tout moment  pour les accueillir et les écouter ». M. Omari a évoqué également l’optique de l’exportation de viande rouge  compte tenu des potentialités du pays qui dispose d’une ressource  importante notamment, en élevage ovin avec le cheptel de près de 30  millions de têtes, des structures d’abattage répondant aux normes et aux  standards internationaux, des éleveurs expérimentés et d’un système de  couverture sanitaire avec un encadrement technique du secteur. Le ministre a appelé les membres du Conseil à structurer la filière autour  de coopératives afin de constituer une « force de propositions et de  solutions » pouvant contribuer au développement de la filière. Ont fait part à cette réunion les cadres du ministère et les membres du  CNFVR qui représentent tous les segments de la filière (éleveurs,  importateurs, fournisseurs d’intrants et d’aliments, abattoirs publics et  privés, distributeurs, consommateurs…), précise le communiqué.

Chahma .B