Visite du Président Recep Tayyip Erdogan: Des relations solides, une coopération dense et durable

0
653

L’Algérie et la Turquie semblent plus que jamais déterminées à bâtir des relations solides avec pour socle une coopération dense et durable dans tous les domaines et secteurs d’activité.

L’engagement des deux pays sur cette voie s’est renforcé encore davantage à l’occasion de la visite officielle effectuée par le Président Recep Tayyip Erdogan et qui a été marquée par la signature de sept accords de partenariat et de coopération et mémorandums d’entente concernent les secteurs des hydrocarbures, l’enseignement supérieur, la diplomatie, la culture, le tourisme et l’agriculture. Par la même occasion, un forum des hommes d’affaires a été tenu en présence du Président Erdogan et du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, regroupant plus de 200 hommes d’affaires des deux pays opérant dans plusieurs secteurs comme l’industrie du textile, l’agroalimentaire, la pétrochimie, l’électronique et l’électroménager, en vue de renforcer et diversifier les relations entre les entreprises algériennes et turques et permettre aux sociétés des deux pays d’identifier de nouvelles opportunités de partenariat. Cette visite a été aussi une opportunité par le président turc de mettre en avant le rôle primordial de l’Algérie dans la l’instauration de la paix et de la stabilité, soulignant qu’elle demeure un exemple de stabilité dans une région confrontée à des troubles en permanence. Il a également mis en exergue les relations étroites existant entre l’Algérie et la Turquie liées par une «histoire et un patrimoine culturel communs», formant le vœu de voir «ces relations se consolider» à l’occasion de cette visite.

Le Président Erdogan a fait part de la volonté de la Turquie d’œuvrer à la faveur de cette visite «à l’approfondissement de la coopération entre les deux pays dans les domaines politique, économique, culturel, touristique, énergétique et sécuritaire»

Les relations économiques qui lient les deux pays dans les domaines du commerce, l’investissement, l’immobilier et le tourisme seront développées davantage à l’avenir», a-t-il poursuivi, ajoutant que pour tirer profit des potentialités des deux pays en matière de commerce et d’investissement, les deux parties sont appelées à «élaborer les accords nécessaires à cette démarche». Mettant l’accent sur l’importance de la liberté de circulation entre les deux pays et l’octroi de facilités mutuellement bénéfiques, Erdogan a affirmé que son pays «accorde une grande importance au développement des relations bilatérales dans les domaines culturel et technique et au raffermissement du cadre juridique de coopération entre les deux parties, à la lumière de l’histoire commune qui remonte à des siècles». Il a indiqué dans ce sens que l’Algérie «se réjouit toujours d’abriter les festivités culturelles que nous prévoyons d’organiser sur son territoire», rappelant les projets de réhabilitation exécutés dans le cadre d’une collaboration entre le ministère algérien de la Culture et l’Agence turque de la coordination et de la coopération (TIKA) pour la préservation du patrimoine commun entre les deux pays, à l’instar de la mosquée Ketchaoua d’Alger. Dans le domaine de la formation et de la coopération scientifique, Erdogan a rappelé que son pays «accorde des bourses d’études aux étudiants algériens depuis 1992», soulignant que cette coopération est à même de rapprocher les jeunes générations et de contribuer au renforcement des relations historiques entre les deux pays». Les investissements turcs en Algérie sont estimés à plus de 3 milliards de dollars surtout dans les secteurs du textile, de la pharmacie et de la sidérurgie. Selon les données de l’Agence nationale de développement des investissements (ANDI) pour 2017, la Turquie est le premier investisseur en Algérie, hors hydrocarbures, à travers les projets mixtes.

L’Algérie est pour l’État turc la porte principale qui mène au Maghreb et en Afrique

Il faut dire que le niveau actuel des échanges commerciaux entre les deux pays et leur énorme potentiel humain et matériel laissent entrevoir des perspectives très prometteuses pour la coopération et les relations économiques algéro-turques. Les responsables algériens avaient invité les investisseurs turcs à s’engager avec leurs partenaires algériens pour travailler ensemble afin de renforcer les liens d’amitié et de coopération entre les deux pays et participer à l’œuvre algérienne de renouveau économique et social.