Yémen :  Antonio Guterres appelle les parties à saisir la chance pour la  paix

0
358
(FILES) This file photo taken on April 12, 2016 shows Antonio Guterres speaking at the UN headquarters in New York. Portugal's former prime minister Antonio Guterres is poised to become the next secretary-general of the United Nations following a decisive vote by the Security Council on October 5, 2016. Guterres, who led the UN's refugee agency for a decade, won backing in the straw poll from 12 of the 15 council members while none of the five veto-holding powers blocked his candidacy. / AFP PHOTO / KENA BETANCUR

 Le Secrétaire général de  l’ONU, Antóonio Guterres, a appelé vendredi les parties en conflit au Yémen  au dialogue lors des consultations que faciliteront les Nations-Unies  courant novembre, afin de surmonter les obstacles et à résoudre les  différends qui subsistent.

« Il est temps d’agir » au Yémen, a déclaré M. Guterres lors d’un point de  presse au siège de l’ONU à New York, se disant convaincu que  » des signes  d’espoir » voient le jour sur le plan politique. « Il est impératif que les parties yéménites s’engagent de bonne foi et  sans conditions préalables avec mon Envoyé spécial, Martin Griffiths, pour  parvenir à un règlement politique négocié en vue de mettre fin au conflit »,  a souligné le chef de l’ONU. M. Guterres s’est félicité des récentes annonces des parties yéménites à  reprendre les consultations.  » Nous devons faire tout ce qui est en notre  pouvoir pour maximiser les chances de succès », a-t-il dit. « Il y a  maintenant une opportunité pour la paix au Yémen. Cette vague d’élan doit  être saisie ». Selon le chef de l’ONU, la situation dans ce pays du sud-ouest de la  péninsule arabique en conflit depuis plus de trois ans est la pire crise  humanitaire au monde provoquée par l’homme. Une « situation insupportable »,  qui a été aggravée ces derniers mois par l’escalade militaire et par la  profonde et rapide crise économique. La semaine dernière, le Coordonnateur des secours d’urgence des Nations  Unies, Mark Lowcock, a averti le Conseil de sécurité que le Yémen est plus  proche de la famine que jamais. « Le Yémen est aujourd’hui au bord du précipice « , a prévenu M. Guterres.  Sur le terrain, l’ONU et ses partenaires nourrissent 8 millions de  personnes. « Sur le plan humanitaire, la situation est désespérée. Nous devons faire  tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter que les conditions déjà  pénibles ne se détériorent et ne deviennent la pire famine que nous ayons  connue depuis des décennies », s’est-il alarmé. Sans action urgente, près de 14 millions de personnes, soit la moitié de  la population, pourraient être à risque dans les mois à venir, a prévenu le  Secrétaire général de l’ONU.