Zitouni : « Ecrire l’histoire de la Révolution et l’enseigner aux générations  montantes»

0
152

A l’occasion  du 56 ème anniversaire de l’indépendance et de la jeunesse, le ministère des  Moudjahidine adressé un bilan préliminaire d’un travail de préservation de la  mémoire portant sur la résistance algérienne et la lutte de libération nationale et qui consiste à la distribution de 1,5 million d’exemplaires de la  Déclaration du 1er novembre et d’un nombre important de drapeaux nationaux  aux établissements de jeunesse, d’éducation et d’autres. 

D’autre part l’Algérie à édifier selon le Ministre Zitouni  « 44  musées dotés de bibliothèques, de salles d’internet, d’autres salles  réservées à la projection de films et de documentaires et des espaces pour  l’enregistrement des témoignages, outre des horaires d’ouverture des musées  adaptées pour les rendre accessibles à toutes les catégories (élèves,  étudiants, chercheurs et visiteurs). Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a  affirmé mercredi à Alger, que l’Algérie, avec sa révolution, dérange, par  son poids, ses décisions et ses positions, relevant que la meilleure  réponse à donner à ceux qui veulent porter atteinte aux symboles de la  révolution est d’écrire l’histoire nationale, de s’en enorgueillir et de  la promouvoir ».  Dans une interview à l’APS à la veille du 56e anniversaire des fêtes de  l’indépendance et de la Jeunesse, le ministre a indiqué que les tentatives  visant à porter atteinte aux symboles de la révolution et son histoire  n’étaient que des actes « individuels et isolés », soulignant que l’Algérie, avec sa révolution, « dérange par son poids, ses décisions et ses  positions ».  La meilleure réponse à donner à ceux-là est d’écrire l’histoire, de s’en  enorgueillir, de la promouvoir et de l’enseigner aux générations  montantes », a-t-il dit. Zitouni a appelé à accorder une attention particulière à « l’histoire de la révolution nationale et à transmettre aux générations de l’indépendance les hauts faits des moudjahidines et le message des Chouhada pour une  Algérie unie et solidaire ». « Il faut regarder le passé avec les  perspectives de l’avenir », a-t-il estimé. Dans ce cens, le ministre a mis en avant les efforts consentis par le  ministère des Moudjahidine pour la préservation de la mémoire, citant « 44  musées dotés de bibliothèques, de salles d’internet, d’autres salles  réservées à la projection de films et de documentaires et des espaces pour  l’enregistrement des témoignages, outre des horaires d’ouverture des musées  adaptées pour les rendre accessibles à toutes les catégories (élèves,  étudiants, chercheurs et visiteurs). Le nombre des visiteurs des musées nationaux a atteint, en 2017, un  million (1) de visiteurs, ce qui est à même d’encourager la poursuite de  l’action visant à valoriser ces espaces et répondre aux exigences des  visiteurs quant à la matière historique et aux témoignages qui enrichissent  la culture et informent les visiteurs », a-t-il souligné. Dans ce contexte, M. Zitouni a annoncé que son département avait procédé à  la remise de tous les ouvrages réalisés sur l’histoire du mouvement  national et de la révolution aux établissements éducatifs, aux universités,  aux musées et aux bibliothèques municipales et ceux des daïras et des  wilayas, outre la distribution de 1,5 million d’exemplaires de la  Déclaration du 1er novembre et d’un nombre important de drapeaux nationaux  aux établissements de jeunesse, d’éducation et d’autres.  Concernant la réhabilitation des symboles matériels de la révolution du  1er novembre, le ministre des moudjahidine a indiqué que son département « a  recensé 1273 cimetières de martyres ayant été réhabilités, en collaboration  avec les autorités locales, 1449 centres où la France coloniale torturer  les moudjahidine durant la guerre de libération nationale, dont certains  ont été réhabilités pour témoigner des crimes de l’occupation française en  Algérie et 3487 monuments historiques (dont des grottes) utilisés à  l’époque par les moudjahidine comme hôpitaux et  lieux de rencontres des  dirigeants de la révolution ».  Et l’enregistrement de plus de 16.000 heures de témoignages de moudjahidine- Dans le cadre de la préservation de la mémoire, « 16.000 heures de  témoignages vivants de moudjahidine ont été enregistrées sur la révolution  du 1er novembre et l’opération se poursuit toujours », a rappelé M. Zitouni,  soulignant que des espaces ont été réservés à cet effet au niveau des  wilayas en vue de collecter ces témoignages, y compris dans les 25 centres  de repos destinés aux moudjahidine. Il a précisé dans ce contexte que le fichier des moudjahidine et  ayants-droit « ne concerne pas les Algériens uniquement, mais également les  étrangers y compris les français qui ont participé à la révolution dont les  chouhada, condamnés à mort et ceux qui ont aidé l’Algérie par leurs plumes  et écrits ». Zitouni a mis l’accent sur l’intérêt accordé par l’Algérie à l’histoire de sa révolution, consacré dans la Constitution 2016 qui accorde « dans son préambule et certains de ces articles une place importante à la Guerre de  liberation nationale, à sa gloire et à son importance pour les générations  montantes ». S’agissant des progrès réalisés en matière de restitution des archives de  la révolution et du mouvement national, le ministre des Moudjahidine a  rappelé que des « documents ont été récupérés de 12 pays frères », durant les  deux dernières années, dans le cadre de démarches qui se poursuivent  toujours.  Pour ce qui est des archives existant en France, M. Zitouni a fait savoir  qu’il y avait un « progrès dans ce sens » et dans toutes les questions liées  à la mémoire collective tels que les disparus et l’indemnisation des  victimes des essais nucléaires dans le sud du pays, soutenant que  l’opération était « compliquée » et nécessitait des « efforts et une  persévérance ». Concernant les crânes des chouhada de la résistance nationale qui se  trouvent en France, le ministre a fait savoir que le nombre « n’est pas  défini de manière exhaustive, puisque 31 crânes seulement ont été  identifiés jusqu’à présent ». A ce propos, il a été convenu avec la partie  française de la création de commissions techniques composées de  spécialistes chargés du parachèvement de l’opération en France », a indiqué  M. Zitouni qui a rappelé l’existence d’une commission algérienne en charge  de cette question composée de représentants des ministères des Affaires  étrangères, de l’Enseignement supérieur, des Moudjahidine et autres  institutions ». A une question sur le traitement des dossiers gelés des moudjahidine, le  premier responsable du secteur a précisé que la question relative à la  « reconnaissance de la qualité de moudjahid a été suspendue, sur décision du  Congrès national des moudjahidine », soulignant qu’il existait des « dossiers  au niveau du ministère depuis près de 15 ans ». L’enquête approfondie menée  dans ce sens a démontré, selon le ministre, que « certains dossiers méritent  d’être dégelés et réhabilités »

Ahsene Saaid /Ag