113e Vendredi du Hirak : La mobilisation demeure inébranlable 

0
74
Anniversaire, deuxiémme année du hirak à Alger

Le jeûne et les pluies n’ont pas empêché les hirakistes d’investir les rues des quatre coins du pays ce 113e vendredi de mobilisation populaire en faveur du changement du système politique et l’avènement de la démocratie en Algérie.

En effet, ils étaient nombreux et nombreuses les Algériens et les Algériennes à battre le pavé à Alger, Oran, Constantine, Jijel, Tizi-Ouzou, Bouira, Béjaïa et les autres villes du pays pour réitérer les revendications chères au mouvement populaire du 22 février.

En effet, des milliers de citoyens ont défilé, comme chaque vendredi à Alger, au quatrième jour de ramadan, pour marquer le 113e vendredi du Hirak populaire. Malgré le jeûne de mois de Ramadhan, une météo capricieuse et les restrictions imposées par le pandémie du coronavirus, les citoyens, pour la  plupart munis de pancartes se sont  dirigés, dès le matinée, vers les principales artères de le capitale où ils se son regroupés.

Les rassemblements ont, ainsi, eu lieu, comme à l’accoutumée, au niveau des lieux habituels du Hirak, à l’instar de le place Maurice Audin, du boulevard Zighoud Youcef, la Grande-poste, la rue Didouche Mourad et le boulevard Amirouche. Brandissant les banderoles et pancartes en guise de soutien aux détenus d’opinions, les manifestants plus déterminés que jamais ont maintenu leur cap tout  en scandant leurs revendications immuables. Les foules, dont les rangs grossissaient tout le long des parcours empruntés, entonnaient aussi les slogans hostiles au pouvoir en place.«Djazaïr horra dimocratia» (Algérie libre et démocratique», «Daoula madania, machi askaria ! » (Etat civil, non militaire), «Makache intikhabate maâ el îssabate» (pas d’élections avec les banles), : «We n’kemlou fiha ghir be esselmiya, we ennehou el askar mel mouradia !» (On poursuivra notre combat pacifiquement), étaient les principaux slogans scandés par les manifestants.

Ahmed Itchiran