2e Colloque de la Palestine du roman  arabe: Le romancier Amine Zaoui  y prendra part 

0
620

 

 Le romancier algérien Amine Zaoui prendra part,  aux côtés d’une élite d’hommes de lettres arabes, au 2e Colloque de la  Palestine du roman arabe qui se déroulera du 8 au 12 juillet dans plusieurs  villes palestiniennes, ont annoncé les organisateurs.

Ecrivain bilingue (Français et arabe), Amine Zaoui compte parmi les plumes  aiguisées du roman algérien qui font honneur au champ littéraire algérien. Les romans d’Amine Zaoui ont été traduits dans plusieurs langues, dont le  Huitième ciel (2008), la Voie de Satan (2009), la Chambre de la vierge impure (2009). Né en 1956 à Tlemcen, Zaoui a décroché plusieurs prix internationaux, à  l’instar du « Bouclier de la culture libanaise » décerné par le ministère libanais de la Culture (2007). Outre ses romans, Amine Zaoui est également producteur et présentateur de  plusieurs émissions radiophoniques et télévisées, consacrées au monde de la pensée, de la littérature et de la philosophie, en sus de ses articles parus dans la presse nationale et étrangère. Il a participé récemment au 7e Colloque de la création romanesque du  Caire, tenu en avril dernier, sous le thème « le roman à l’ère de l’information », aux côtés de plus de 250 critiques et romanciers. Il fut également membre du jury de ce Colloque. Directeur de la Bibliothèque nationale (BN) entre 2000 et 2008, M. Zaoui a érigé cette structure en pôle culturel et espace d’excellence pour la  pensée, la réflexion et le débat littéraire et philosophique. Organisé par le ministère palestinien de la Culture, ce 2e Colloque du roman arabe se penchera sur plusieurs questions littéraires, outre l’organisation de conférences sur « le roman arabe et la traduction », « la critique et le roman arabe » et bien d’autres. Selon les organisateurs, cette manifestation qui aura lieu à Ramallah,  Tulkarem, Bethléem et Naplouse, verra la participation de 50 invités entre romancier, critique, écrivain, éditeur, traducteur et académicien représentant la Palestine et douze autres pays arabes. Cette manifestation littéraire offre « l’opportunité de créer une interactivité entre les romanciers arabes et d’ouvrir des espaces pour faire connaître le roman et promouvoir la créativité palestinienne ».  Ce colloque est à même de renforcer la contribution de la culture palestinienne à la pensée arabe et de desserrer l’étau, même à titre symbolique, autour de cette culture. 

Benadel M