4eme Semaine de la cuisine italienne dans le monde: « La diète  méditerranéenne ou la santé en plus du goût », présentée à Alger

0
494

 « Cuisine italienne et diète méditerranéenne: la  santé en plus du goût », est le thème d’une table ronde sur la nécessité de  « manger naturel, sain et équilibré », animée lundi soir à Alger par des  experts nutritionnistes Italiens et Algériens, dans le cadre de la  Quatrième édition de la Semaine de la cuisine italienne dans le monde.

Organisée à l’Espace Agora de la librairie « L’Arbre à dires » à Sidi Yahia  (Hydra), la rencontre a permis à un public restreint de saisir les  bienfaits de la Diète Méditerranéenne, à travers les interventions du  professeur endocrinologue et expert nutritionniste italien, Mauri Magno, du  professeur en pédiatrie et président de la Fondation nationale pour la  promotion de la santé et du développement de la recherche (Forem), Mustapha  Khiati et du docteur vétérinaire, représentant de l’Association « Torba »  pour le respect de la Terre, de la Nature et de l’Environnement, Khaled  Kalache. La diète méditerranéenne est un processus nutritionnel sain, fondé sur la  consommation équilibrée de céréales (blé, épeautre, orge et avoine), les  légumineuses, les fruits frais et secs, l’huile d’olive et le poisson,  constituant un « style de vie méditerranéen », aux vertus de modération,  socialisation (à travers la convivialité du manger ensemble), saisonnalité,  biodiversité et de respect de l’environnement, entre autre, apprécié dans  le monde entier.  Rappelant que chaque genre de cuisine était « directement liée à l’identité  et à la culture du pays qu’il représentait », l’ambassadeur d’Italie en  Algérie, Pasquale Ferrara, premier à intervenir, a cependant souligné les  « similitudes » existant entre les cuisines italienne et algérienne dans le  grand menu de l’Ensemble méditerranéen.  Les intervenants sont ensuite revenus sur l’évolution de « la manière de se  nourrir », relatant l’historique de différents aliments et leurs apports  nutritionnels à l’organisme humain, ainsi que l’époque où ils ont été  adoptés par leurs sociétés respectives, pour s’arrêter longtemps sur les  bienfaits de la diète méditerranéenne, allant dans le détail des capacités,  pesées et doses des différents ingrédients recommandées dans les menus. La nourriture saine, à base de produits naturels, ordonnée de manière  équilibrée à l’échelle quotidienne ou hebdomadaire, a été mise en valeur  par les conférenciers, à travers l’exemple de « La diète méditerranéenne »  qui a été inscrite en 2010 au patrimoine culturel immatériel de l’humanité,  par l’Organisation internationale pour l’Education, la Science et la  Culture (Unesco) après que des études scientifiques aient conclu que  l’alimentation des pays méditerranéens « permettait de vivre plus  longtemps ».  Evoquant les expériences vécues avec le collectif dont il fait partie,  Khaled Kalache a, quant à lui, présenté l’Association Torba, fondée en  2013, invitant l’assistance à promouvoir l’agriculture urbaine, développer  les jardins partagés en péri-urbains et maintenir le contact avec la terre  à travers l’activité paysanne, entre autre, pour « arriver à consommer sain  et équilibré ». Les trois intervenants ont appuyé leurs propos par des projections de  vidéos et d’images de plats traditionnels, ainsi que l’exposition de  paniers remplis de produits naturels (huile d’olive, miel, fruits,  légumes…). Des soirées gastronomiques, des projections de films et des rencontres  sont au programme de la Quatrième édition de la Semaine de la cuisine  italienne dans le monde, organisée du 18 au 24 novembre à Alger, Oran et  Annaba, par le ministère italien des Affaires Etrangères et de la  Coopération Internationale, avec pour but de  promouvoir les traditions  culinaires et gastronomiques en tant que signes distinctifs de l’identité  et la culture italienne.

Benadel M