Abdelmadjid Attar à la Radio nationale : «L’exploration en Algérie intéresse de grands producteurs d’énergie»

0
218
Algerie: 29.12.2020 Le Ministre de l'Energie, Président de la Conférence de l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP), Monsieur Abdelmadjid ATTAR. ©Ph: Fateh Guidoum/PPAgency

Plusieurs grands producteurs d’énergie sont en train d’évaluer les opportunités d’exploration des gisements pétroliers, gaziers et miniers en Algérie, en attendant la promulgation des textes d’application de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, adoptée en 2019, a indiqué le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar.

«De grands producteurs ont signé des dizaines de mémorandums avec la Société nationale des hydrocarbures Sonatrach et l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (Alnaft) afin d’évaluer le domaine minier en attendant la promulgation des textes d’application de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, qui rendra le pays encore plus attractif en matière d’investissement», a précisé le ministre à la Radio nationale. Selon le ministre, «il y a encore des hydrocarbures à découvrir en Algérie, sans compter celles qu’on pourra découvrir dans la partie nord du pays et qui nécessitent un énorme travail d’exploration, en plus de l’offshore». Revenant sur la nouvelle loi sur les hydrocarbures, le ministre a réaffirmé que les textes d’application seront promulgués au cours de cette année précisant que 32 textes ont été finalisés et sont au niveau du secrétariat du gouvernement. Il a, dans ce sillage, mis en avant l’importance des partenariats en matière de financement et de réalisation des différents projets notamment concernant les coûts de la recherche, tout en rappelant que Sonatrach avait prévu 40 milliards de dollars d’investissements dans son plan quinquennal 2021-2025. Il a également souligné que l’Algérie est à la recherche des investisseurs dans le domaine de la pétrochimie, car, poursuit-il , la concrétisation des projets de pétrochimie, nécessite 16 à 18 milliards de dollars d’investissements. S’agissant de la production de l’électricité, le ministre s’est dit en faveur de la promulgation d’une nouvelle loi sur l’électricité, en regrettant que 68% de cette énergie est destinée à la consommation domestique. Regrettant le fait que l’Algérie a «raté» la transition énergétique dans le passé, il a souligné que parmi les 230 400 mégawatts d’électricité produits l’année passée, la part du renouvelable ne dépasse pas les 354 mégawatts. Invité à s’exprimer sur l’incident survenu lundi au siège de la Sonatrach, dont le hall a été partiellement saccagé par des dizaines de supporters du club du Mouloudia d’Alger, le ministre s’est contenté de déclarer: «C’est une colère qui a été peut être provoquée ou manipulée, mais je n’en connais pas les raisons». À la question de savoir si la Sonatrach allait continuer à soutenir financièrement ce club,  Attar a répondu : «Si cela rapporte oui, mais si ça ne rapporte pas, il ne faut pas le faire.»

Ali B. / Ag.