Abdesselam Bouchouareb : «L’Algérie n’importera plus de ciment en 2017»

0
1224

En visite de travail et d’inspection,  hier, à Adrar, le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, s’est enquis de l’avancement du projet de la cimenterie  de Timegtane, relevant de la daïra d’Aoulef, située à 260 km du chef-lieu de la wilaya d’Adrar.

Il est le fruit d’un partenariat algéro-chinois, faisant partie de nombreux projets industriels initiés à travers le territoire national dans le but d’endiguer et de manière définitive l’importation de ciment ainsi que la dépendance aux marchés internationaux induisant obligatoirement d’importantes dépenses en devises à  l’Algérie. Le potentiel local en production de ciment devra atteindre les six millions de tonnes/an. Le ministre de l’Industrie et des Mines a indiqué que ces projets industriels devront permettre au pays d’atteindre «l’autosuffisance en ciment, et d’entamer la phase d’exportation vers l’étranger». La cimenterie Timegtane, en cours de réalisation dans la wilaya d’Adrar, et dont les travaux de réalisation ont atteint un taux d’avancement de près de 90%, sera livré à la fin de l’année en cours, a-t-on appris. Cet ambitieux projet est appelé à satisfaire la forte demande en ciment dans le Grand Sud. Fruit d’un partenariat algéro-chinois et d’un investissement de 21 milliards de dinars, elle s’étale sur 32 hectares dans la commune de Timegtane, territoire du Tidikelt, à 260 km à l’est du chef-lieu de la wilaya d’Adrar, selon les chiffres prévisionnels. On s’attend à une capacité de production annuelle de 1,5 million de tonnes, a indiqué le chef de projet, Mustapha Seddiki. Selon le responsable, ce projet qui générera 1100 emplois, dont 400 emplois permanents, relève du groupe industriel El Hamel Sidi Moussa, qui a été choisi pour son expérience certaine dans différents secteurs industriels à travers le monde. Quant au  partenaire chinois, il  sera chargé, en vertu d’un contrat de coopération de sept ans, de la gestion de l’infrastructure en phase d’exploitation en vue d’assurer la formation de la main-d’œuvre algérienne et assurer le transfert du savoir-faire ainsi que  la maîtrise des technologies de pointe utilisées dans la gestion de cette entité économique. Le volet des voies d’accès n’a pas été en reste en matière de préoccupations, puisque Abdesselam Bouchouareb s’est penché au cours de sa visite sur la réalisation de la route reliant  ce pôle industriel distant de 36 km du chef-lieu de la commune de Timegtane, afin de permettre aux véhicules lourds d’accéder au site en toute sécurité, et ce, en raison du poids imposant des différents matériaux transportés. Les difficultés rencontrées par le partenaire chinois en matière d’obtention de visas, indispensable à la bonne conduite du projet, ont été par ailleurs exposées au ministre. Première du genre dans le Grand Sud, la cimenterie de Timegtane ouvre de larges perspectives de développement dans la région dans la mesure où elle contribue, à la propulsion de la cadence de développement des chantiers prévus pour la région. Souvent décriée en matière de pollution industrielle, la cimenterie est en conformité avec les normes internationales en matière de respect de la biosphère, et de par  la rationalisation de la consommation électrique par les équipements de la cimenterie en générateur d’une capacité de production de 52 mégawatts, indépendant du réseau public, ont assuré les responsables du projet. Lancé début février 2016 pour une durée de 11 mois, ce complexe vise à garantir l’équilibre de développement dans les régions du Grand Sud, et à impulser la cadence économique susceptible de contribuer à l’amélioration du cadre de vie de la population locale et régionale. Pour rappel, à l’échelle nationale, les importations de ciments lors des deux premiers mois de l’année 2015 ont augmenté de 21% comparativement à la même période de l’année précédente selon des données des Douanes algériennes.

T.M.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here