Algérie-Maroc: La rupture des relations entre Alger et Rabat sera coûteuse pour le Royaume marocain

0
369

La rupture des relations diplomatiques entre Alger et Rabat sera particulièrement coûteuse pour le Maroc sur le plan économique, estime Arslan Chikhaoui, spécialiste des questions géostratégiques.

Il est clair que l’impact économique (de la rupture des relations) sera plus ressenti par le Royaume du Maroc que par l’Algérie, surtout si les espaces aérien et maritime seront fermés (pénalisant) avec des surcoûts financiers tous les mouvements de la Méditerranée occidentale vers la Méditerranée orientale et vers le Proche et Moyen-Orient», a indiqué Arslan Chikhaoui dans un entretien paru ce mardi dans le quotidien L’Expression. Il a signalé que la décision prise par l’Algérie de ne plus approvisionner le marché espagnol en gaz via le gazoduc GME qui traverse le territoire marocain pénalisera le Maroc. En l’absence du GNL algérien, le marché domestique marocain perdra 50% de sa consommation interne, en plus de royalties d’environ 1 million de mètres cubes de gaz (droit de passage du gazoduc) par jour, soutient-il. L’expert s’attend, justement à ce que l’Algérie ne s’arrête pas à l’annonce de la rupture de ses relations diplomatiques et au remplacement du gazoduc GME par Medgaz qui relie Beni Saf à Almeria, n’excluant pas d’autres mesures. Citant des «observateurs avertis», Chikhaoui  précise que les déclarations faites par les autorités marocaines au lendemain de l’annonce de la rupture des relations diplomatiques sont «à la limite de l’insulte» et ne font  que pousser à l’escalade. En ce sens que le Maroc a réitéré par sa réaction officielle son refus de répondre aux demandes d’éclaircissements de la partie algérienne. Les demandes d’éclaircissements en question concernent les déclarations de l’ambassadeur du Maroc aux Nations unies qui a exprimé son soutien à un prétendu droit à «l’autodétermination de la Kabylie». L’annonce de la rupture des relations avec le Maroc est intervenue «dans le prolongement de l’annonce préalable du Haut conseil (algérien) de sécurité de reconsidérer les relations entre les deux pays faisant suite au soutien politique, moral et financier de mouvements séparatistes et terroristes par le Maroc. Comme le dit l’adage : «La goutte qui a fait déborder le vase», précise l’expert. «C’est la première fois dans l’histoire des relations bilatérales que l’Algérie porte publiquement à la connaissance de l’opinion nationale et internationale le contenu des contentieux bilatéraux afin de balayer toute spéculation qui attribue les tensions entre les deux pays uniquement à la question du Sahara occidental. «Les neuf griefs contenus dans la déclaration de rupture des relations diplomatiques entre les deux pays en attestent», signale Arslan Chikhaoui. Il notera, néanmoins, que «cette déclaration de rupture des relations diplomatiques bilatérales insiste sur le fait humanitaire et pour lequel l’Algérie considère qu’au-delà de la fermeture des missions diplomatiques qui la matérialiseront, les activités consulaires resteront opérationnelles pour permettre aux ressortissants des deux pays de ne pas être impactés dans leur quotidien». Selon lui, «il existe environ 12 000 ressortissants algériens au Maroc installés légalement et environ 300 000 ressortissants marocains installés en Algérie dont 10% clandestins soit 30 000. Sur un autre plan, Arslan Chikhaoui pense que pour «arriver à avoir entre les deux pays des relations bilatérales de confiance, apaisées et sereines, le règlement des contentieux découplés de la question du Sahara occidental  sont incontestablement des prérequis. Aussi, les agressions médiatiques où sous d’autres formes  que le Maroc mène de manière récurrente devront impérativement cesser». Par ailleurs, «les attitudes et comportements des acteurs extérieurs à la région (Turquie, Emirats arabes unis, Qatar, Chine, Russie, France, Etats-Unis, Royaume-Uni, UE, Israël) et qui s’affrontent pour des enjeux aussi bien géopolitiques que géoéconomiques vont être décisifs dans l’évolution de cette crise qui, à ce stade, est un conflit de faible intensité. Mais, il n’est pas à écarter (qu’il évolue) en conflit de forte intensité dans le cas où le Maroc persiste dans son obstination».

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here