Algérie-ONU: Mirna Bouhabib : «Les réalisations de la réforme de la justice en Algérie méritent d’être saluées»

0
517

La représentante de l’Office des Nations unies contre les drogues et le crime (ONUDC) pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, Mirna Bouhabib, a déclaré, jeudi à Tipasa, que les réalisations de l’Algérie en matière de réforme de la justice, notamment celles liées à l’administration pénitentiaire «méritent d’être saluées».

Au terme de la session de formation supervisée par le directeur général de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion, Fayçal Bourbala, à l’Ecole nationale des fonctionnaires de l’administration pénitentiaire de Koléa (Tipasa) au profit de directeurs d’établissements pénitentiaires libyens dans le cadre de la coopération tripartite «Algérie-Libye-ONU», la responsable onusienne a indiqué que «l’Algérie a accompli des réalisations qui méritent d’être saluées dans le cadre de ses réformes ambitieuses du secteur de la justice, notamment l’administration pénitentiaire qui a engagé de larges réformes depuis 2003».

L’ONUDC «compte grandement sur la grande expérience des experts algériens et leur disposition à partager cette expérience avec les pays du voisinage et les pays africains». Se félicitant de l’ouverture récente d’un office des Nations unies contre les drogues et le crime à Alger, Mirna Bouhabib a salué les efforts du ministère des Affaires étrangères qui «appuie les activités de l’Office sur tous les plans». L’Algérie a ouvert les portes de ses établissements pénitentiaires aux experts de l’ONUDC, ce qui leur a permis de s’enquérir davantage de l’expérience de l’Algérie en matière de réforme pénitentiaire, notamment suite à la participation des experts algériens aux réunions de Vienne pour débattre de la mise en place d’outils pour l’administration des établissements pénitentiaires». L’Algérie a tiré profit des expériences des autres pays et a veillé à les adapter à son contexte et à ses traditions, faisant d’elle l’un des meilleurs modèles réussis dans la région». Concernant la coopération algéro-libyenne à l’initiative de l’ONU en collaboration avec la Hollande à travers ce programme de formation qu’assure l’administration pénitentiaire aux frères libyens, la responsable a affirmé la forte volonté de la partie libyenne à mettre en œuvre le programme. Elle a affirmé à ce propos que le ministre libyen de la Justice, Mohamed Lamloum, s’est félicité, lors d’une rencontre en Tunisie avec  Christina Albertine, représentante régionale du Moyen-Orient et Afrique du Nord de l’ONUDC, du niveau de partenariat avec l’Algérie tout en exprimant de voir, dans un proche avenir, l’organisation de sessions de formation. S’agissant de la qualité de la formation dont ont bénéficié 19 directeurs de pénitenciers libyens, la même responsable a précisé que cette formation revêtait une importance particulière, en ce sens qu’elle a profité à des gestionnaires chargés de faire respecter les droits des prisonniers et de la gestion des établissements pénitentiaires conformément aux standards mondiaux. Cette session de formation permettra aux frères libyens de concrétiser leur programme visant la mise en place d’un système pénitentiaire moderne conformément aux normes internationales des droits des prisonniers et les règles de Nelson Mandela et les règles de Bangkok,  il convient de rappeler que la session à laquelle ont pris part, en plus de la représentante de l’ONUDC, l’ambassadeur néerlandais à Alger, en tant que la partie sponsor du programme, ainsi que le chef de la police judiciaire libyenne et représentant du ministère libyen de la Justice, a été couronnée par la distribution d’attestations aux stagiaires.

Ali B.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here