Après les partis politiques: Tebboune entame les consultations avec la société civile

0
269

Après les partis politiques, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a entamé, jeudi dernier, ses consultations avec la société civile en recevant les représentants de six associations nationales qui ont salué son soutien au mouvement associatif pour renforcer son rôle dans l’édification de l’Algérie nouvelle.

Ces consultations ont porté également sur plusieurs points, notamment la mobilisation de l’opinion publique nationale en prévision des élections législatives du 12 juin prochain. Dans une déclaration à la presse à l’issue de l’audience, le président de l’Association algérienne de protection et d’orientation du consommateur et de son environnement (APOCE), Mustapha Zebdi, a affirmé que la rencontre avec le président de la République «était empreinte de franchise et s’est déroulée en toute transparence et honnêteté», relevant chez le Président Tebboune «son soutien à la société civile et le grand intérêt qu’il accorde à cette catégorie», un soutien, a-t-il dit, «qui nous encouragera à aller de l’avant». Il a relevé que plusieurs points en rapport avec le consommateur ont été abordés durant cette rencontre, dont «le rôle de la société civile dans le redressement de certains comportements comme le gaspillage, la lutte contre la fraude et le monopole, outre le rôle assigné à l’Association dans la préservation de la santé du consommateur», poursuivant que le Président Tebboune «nous a confié la tâche de contribuer à ce rôle majeur». Pour sa part, Mahfoud Harzelli, président de l’Union nationale de protection du consommateur (UNPC), Secrétaire général de l’Union arabe de protection du consommateur et membre de l’organisation internationale et du bureau africain de protection du consommateur, a qualifié de «fructueuse» la rencontre avec le Président Tebboune, ajoutant avoir relevé chez le président de la République «un esprit d’appui à la société civile qui a désormais un rôle important pour les hautes autorités du pays». De son côté, le commandant général des Scouts musulmans algériens (SMA), Abderrahmane Hamzaoui, a déclaré que sa rencontre avec le président de la République a permis de dessiner les contours du mouvement associatif et son rôle dans la moralisation de la vie publique outre sa contribution dans les questions nationales actuelles», ajoutant que cette rencontre a porté sur «le renforcement du front interne et le rôle attendu de la société civile». Le Président Tebboune a mis l’accent sur le renforcement du rôle de la société civile et sa représentation dans les différents organismes, notamment ceux nouvellement créés, à l’instar de l’Observatoire national de la société civile et le Conseil supérieur de la jeunesse, et s’est engagé à prendre en charge toutes les préoccupations du mouvement associatif», a-t-il indiqué. De son côté, le président de l’Association algérienne d’alphabétisation Iqraa, Hocine Khellid, a indiqué avoir exprimé sa gratitude au Président Tebboune pour avoir remis la médaille de l’ordre de mérite au rang de «Achir» à la regrettée Aïcha Barki, ancienne présidente de l’association Iqraa et avoir accordé à l’association le statut d’association d’utilité publique. Pour M. Khellid, l’audience a été une opportunité de soulever les préoccupations de l’association, dont «la nécessité d’évaluer la stratégie nationale d’alphabétisation et d’enseignement des adultes». A cette occasion, le président de l’Union nationale des handicapés algériens, Haïdar Boulebnane, a déclaré que l’audience que lui a accordée le Président Tebboune revêt «une symbolique», étant donné que c’est la première fois que la catégorie des personnes aux besoins spécifiques prend part à ce genre de réunions», estimant que c’est là «une preuve de l’intérêt qu’accorde le Président à cette catégorie et à son rôle dans l’édification de l’Algérie nouvelle». Indiquant qu’il avait soulevé au Président «toutes les préoccupations des personnes aux besoins spécifiques et les nombreux obstacles auxquels cette catégorie est confrontée dans la société». Et d’ajouter : «Nous avons perçu chez le Président un grand intérêt pour le sujet et nous sommes soulagés quant aux résultats de cette rencontre.» À son tour, le président de la Fédération nationale des sourds-muets algériens, Mohamed Allal, s’est félicité de la qualité du débat qu’il a eu avec le président de la République, faisant part de sa gratitude au Président qui a donné son aval pour l’ouverture d’une académie de langues des signes pour ce type de handicap en Algérie. Pour leur part, les partis, qui ont été reçus au cours des dernières semaines par le président Tebboune, se sont félicités de la franchise du chef de l’Etat et de sa forte volonté à œuvrer pour des solutions aux problèmes que connaît le pays et pour l’édification de l’Algérie nouvelle, telle qu’espérée par notre peuple. Ils ont transmis les préoccupations de la rue algérienne et il y a eu écho au volet politique et économique, soulignant qu’en tant que partis politiques et société civile «nous sommes appelés à adhérer à cette démarche pour la consolidation des institutions de l’Etat. Le Président de la république avait donné, lors de la réunion du Conseil des ministres, dimanche dernier, de nouvelles instructions en vue de prendre toutes les dispositions relatives à l’appui et à l’encouragement de la participation des jeunes aux élections législatives du 12 juin prochain, pour concrétiser des élections démocratiques qui devront consacrer  le véritable changement. À ce propos, le chef de l’Etat a ordonné d’assurer la gratuité des salles, des affiches publicitaires et de leur impression au profit des jeunes candidats et de charger les services des walis de créer un mécanisme administrativement adéquat. Dans ce sens, il a mis l’accent sur la nécessité de mettre tous les moyens financiers et matériels à la disposition de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) pour lui permettre de s’acquitter de ses missions dans les meilleures conditions.

Le Président Tebboune avait précédemment déclaré que les élections législatives émanent d’un programme politique clair, soulignant que «nous avons accordé toutes les facilitations et les garanties permettant aux jeunes de participer à cette échéance». Il faut dire qu’avec ces nouvelles directives, les jeunes sont face à une véritable aubaine pour contribuer à la stabilité du pays en marquant une présence effective dans les prochaines assemblées élues. De l’avis de nombreux observateurs, les prochaines élections offrent une grande opportunité aux jeunes Algériens qui s’abstenaient lors des rendez-vous électoraux pour faire entendre leur voix à l’avenir en tant que députés au Parlement ou présidents d’APC grâce aux garanties avancées par le président de la République et consacrées dans la nouvelle Constitution visant le renforcement du front interne. Le véritable changement qui sert les intérêts du pays, notent ces mêmes observateurs, provient de l’intérieur des institutions et non à travers les slogans et les protestations, mettant l’accent sur le rôle pivot des associations qui prennent part dans la démocratie participative. Pendant ce temps, les partis politiques se sont mis à l’épreuve du terrain en se mobilisant  avec des différentes sorties sur le terrain. Ainsi, plusieurs chefs des partis ont appelé à une large participation aux prochaines élections législatives, soulignant que le succès de ce rendez-vous contribuera, à coup sûr, au renforcement de la cohésion nationale et consolidera le front interne pour faire face aux complots internes et externes fomentés contre l’Algérie. Ils ont également considéré que les élections constituent le moyen le plus sûr pour opérer le changement. Dans le même contexte, ils ont plaidé pour un discours politique qui rassemble les Algériens, resserre le rang national, relève le niveau de conscience collective et s’éloigne du discours subversif qui sème le désespoir, attise les désaccords et creuse les différences. Ces même partis ont exprimé leur satisfaction après la convocation du corps électoral, estimant que cela concrétise l’engagement du président de la République avec la classe politique et tout le peuple à renouveler les institutions élues dans le cadre d’une opération électorale régulière et transparente, conformément aux exigences de la démocratie consacrant la souveraineté du peuple. À cet égard, ils se sont engagés à œuvrer d’arrache-pied pour que les prochaines législatives consacrent la souveraineté populaire et aboutissent à une assemblée populaire largement représentative, bénéficiant d’une forte crédibilité et soutenue par une assise populaire très solide,  ajoutant que l’étape que traverse le pays nécessite l’engagement de tous les acteurs et la promotion de la pratique politique dans le but de renforcer les institutions de l’Etat. Pour ces formations politiques qui ont déjà entamé leurs préparatifs, cette élection devra concrétiser la stabilité sécuritaire et opérer un sursaut de développement socio-économique dans le cadre d’une transition démocratique sûre, à même de parachever les revendications et les aspirations du Hirak populaire à la réforme et au changement.

  1. Benslimane