Arts plastiques: «Orgue N’Ajjer» de Nedjoua Seraa, une exposition de toiles sur le mystère de la cité perdue du Sefar

0
135

L’exposition de peinture «Orgue N’Ajjer», de l’artiste plasticienne Nedjoua Seraa, regroupant plusieurs thématiques sur le grand mystère de la cité perdue du Sefar, a été inaugurée jeudi à Alger dans un élan de créativité qui invite le visiteur à méditer l’histoire et le patrimoine de ville de Djanet.

Visible jusqu’au 17 avril à la galerie Baya du Palais de la culture Moufdi-Zakaria à Kouba, l’exposition, résultat d’un travail de «dix années de recherche», présente une cinquantaine de toiles de différents formats, peintes en «acrylique mixte média sur toile» qui traitent entre autres, du «passage des grandes civilisations», de «sujets mystiques» ou des «mystères de l’âme», explique l’artiste. L’intitulé,  «Orgue N’Ajjer» a été choisi par l’artiste, en référence au «point d’orgue» en musique, un signe qui se situe au-dessus d’une note musicale pour indiquer au musicien un temps de silence, plus ou moins long et que Nedjoua Seraa a ressenti pour prendre le recul nécessaire à la méditation de son projet qui allie rationalité et esthétique. L’exposition restitue au regard des visiteurs dans différentes thématiques, la variété de légendes qui ont construit à travers le temps des récits fabuleux mettant en scène des êtres symbolisant des énergies, des puissances naturelles ou surnaturelles et des aspects de la condition humaine dans la cité somptueuse du Sefar, classée en 1988 «Patrimoine mondial de l’humanité». Les grottes, les symboles berbères, les gravures rupestres, les lieux, les mythes, les énigmes, les sculptures, l’Homme libre, les légendes ou encore les ancêtres, sont autant de thématiques réparties en une trentaine de grandes toiles au format de 1m20X1m, une dizaine à celui de 60cmX50cm et autant de 30cmX20cm en moyenne. Une trentaine d’œuvres de grand format traite des secrets que recèle ce site magique, à l’instar de la toile,  «Secret enfoui», qui représente l’ensemble des clés qui ouvrent les portes menant aux mystères de l’énigmatique cité du Sefar, ou celle intitulée «Juxtaposition» une œuvre qui rend compte de la présence à une même période de deux existences complètement différentes sur le site de la cité mystique, ce qui laisserait supposer que l’une relèverait du monde des humains, alors que l’autre de celui des Djinns, selon l’artiste. Traitées, entre autres, dans des couleurs vives et lumineuses à dominance rougeâtre, les toiles de Nedjoua Seraa, véritables poésies muettes, sont peintes dans un mélange de pigments à des résines synthétiques ou dans une technique picturale fondée sur l’utilisation de pigments finement broyés et agglutinés avec de l’eau gommée. Des toiles comme, «Danse gauche», représentant une danse qui fait éloigner la tempête, «Tamrit»,  «Jabbaren», «Ihrir», «Issaouane», des noms de lieux, ou encore «Atlantis», évoquent plusieurs légendes ou noms de lieux en lien avec l’existence d’une vie antérieure au Sefar. «Mirage» ou   «Cinquième dimension» sur la présence de forces surnaturelles,  «Cœur d’Algérie» et «Homme libre», ou encore «Gueltas» sur des champs de variétés de plantes, sont encore autant de représentations sur la richesse et la magnificence de ce lieu magique du Tassili N’Ajjer, immense plateau situé au sud-est algérien d’une superficie de 72 000km2. «Sefar », est également une pièce musicale composée par Merouane Ferrah, chargé d’agrémenter le vernissage avec un fond musical hautement apprécié par les visiteurs présents. Native de Sétif, en 1970, Nedjoua Seraa est également art thérapeute et chercheuse dans la philosophie du monde abstrait. Licenciée en anglais de l’université Ferhat-Abbès de Sétif en 1993, elle s’est inscrite à l’école de design de Nabeul en Tunisie entre 2001 et 2004, où elle s’est perfectionnée et a donné à son savoir faire inné, une dimension académique. Comptant à son actif plusieurs prestations, Nedjoua Seraa a exposé ses œuvres en Algérie et à l’étranger, en Grèce, Egypte, Tunisie, Liban, Jordanie, aux Emirats arabes unis et en Turquie, notamment. Distinguée en Algérie, Nedjoua Seraa a été lauréate de la médaille de la créativité du monde arabe à Dubaï en 2016 et décorée aux Emirats arabes unis en février 2016. Pionnière du projet bénévole des ateliers d’art thérapie pour enfants cancéreux en Algérie, Nedjoua Seraa souhaite «élargir ces ateliers et les généraliser sur l’ensemble du territoire algérien».

  1. Toumi /Ag.