Atteinte aux droits de l’enfance : 1800 cas signalés depuis janvier à travers le numéro vert 11/11

0
571

 L’Organe national pour la protection et la promotion de l’Enfance (ONPPE) a reçu, depuis janvier, des signalements de cas d’atteinte aux droits de près de 1.800 enfants via le numéro vert  11/11, a indiqué lundi à Alger la Déléguée nationale de la promotion et de la protection de l’Enfance, Mme Meriem Cherfi.

 La responsable qui supervisait en compagnie du ministre de la Communication,  porte-parole du Gouvernement, Hassan Rabehi, le lancement des travaux de la  4è session de formation au profit du réseau des journalistes afin de renforcer les droits de l’enfant, a précisé que l’ONPPE « a reçu 949 signalements de cas d’atteinte aux droits de 1.790 enfants, dont plus de  1.020 garçons ». Concernant la répartition par tranches d’âge, Mme Cherfi a fait savoir que  522 enfants étaient âgés de moins de six (06) ans, 880 autres, entre 7 et 13 ans et le reste entre 14 et 18 ans, expliquant que ces signalements émanant de citoyens, voire d’enfants eux-mêmes, avaient trait, entre autres, à « la maltraitance, la violence, l’exploitation des enfants à des  fins économiques ou dans la mendicité ». Dans le même sillage, elle a indiqué que l’Organe avait reçu, durant la  même période via son numéro vert, plus de 510 appels portant sur des demandes d’orientation et sur des préoccupations liées à l’enfance ou aux missions de ONPPE. Evoquant les dispositions relatives aux mécanismes de signalements mis en  place par l’ONPPE, conformément à la loi de 2015 relative à la protection de l’enfance, Mme Cherfi a cité la mise en place du numéro vert 11/11 et de  l’adresse électronique destinée à la réception des signalements relatifs à  l’atteinte aux droits des enfants ainsi que l’installation d’une cellule d’écoute regroupant des psychologues, des sociologues et des juristes et des médecins en charge de l’examen des appels de signalements, de leur  orientation et de l’accompagnement de chaque cas jusqu’à son traitement. Le volet Enfance a réalisé « plusieurs acquis » en Algérie, a-t-elle indiqué, faisant allusion au rôle de l’ONPPE créé en vertu de la loi  portant protection de l’enfant, laquelle renferme plusieurs dispositions en  faveur de la protection de l’enfant et traite de tous les principes énoncés dans les Conventions internationales relatives aux droits de l’enfant. Mme Cherfi a insisté sur l’impératif de conjuguer les efforts et d’úuvrer  à la prise en charge de toutes les préoccupations de l’enfant dans notre pays, soulignant que la protection de l’enfance est « une responsabilité collective ».  De son côté, le Directeur des programmes de l’Organisation internationale pour la réforme pénale dans la région MENA, Mohamed Chabana a salué les  réalisations accomplies par l’Algérie en matière de renforcement des droits de l’enfant à la faveur de l’adoption de plusieurs programmes et la promulgation de lois dans ce cadre.  Organisée par l’ONPPE en collaboration avec le ministère de la Communication et le bureau de l’Organisation internationale de la réforme pénale pour la région MENA, cette session de formation de deux jours a pour  slogan « l’information et les droits de l’enfant ».  Encadrée par des experts algériens et étrangers, cette session de  formation a pour objectif d’enrichir les connaissances des journalistes sur  les questions liées aux droits de l’enfant et de les doter de savoir-faire et de nouvelles techniques.   Le « Réseau des journalistes Algériens pour le renforcement des droits de l’Enfant » a été créé lors de la première session de formation organisée par l’ONPPE en 2018 au profit des journalistes.

Moussa O.