Attentat de Stockholm: L’auteur dit avoir agi sur ordre de l’EI

0
1035

Selon les derniers résultats de l’enquête concernant l’attaque au camion-bélier de Stockholm, qui a fait quatre morts vendredi dans la capitale, deux suspects ont été arrêtés. Pendant que des milliers de Suédois se rassemblaient, pour rendre hommage aux quatre victimes de l’attentat, le profil du terroriste présumé commençait à se préciser. Il s’agit d’un Ouzbék, 39 ans, Rakhmat Akilov, arrêté vendredi soir à Märsta, dans la banlieue nord de Stockholm qui avait demandé l’asile en Suède en 2014, mais avait reçu une réponse négative, les autorités lui avaient donné jusqu’au 1er janvier pour quitter le territoire. Selon les médias suédois, ce père de quatre enfants, dont la famille se trouve en Ouzbékistan, a reconnu, lors d’un interrogatoire, avoir conduit le camion qui a tué quatre personnes et en a blessé quinze autres, vendredi 7 avril. Il a ensuite pris la fuite, rejoignant en métro la gare centrale, où il est monté à bord de l’Arlanda Express, vers l’aéroport de Stockholm. Puis il a pris un bus pour la banlieue de Märtsa, au nord de la capitale, où il a été interpellé en début de soirée. La police rapporte avoir trouvé un engin suspect dans le camion. Selon l’un de ses anciens patrons, Rakhmat Akilov connaissait le maniement des explosifs. Ouvrier du bâtiment, il avait travaillé sur des chantiers de désamiantage dans la capitale suédoise. Selon la police nationale, l’homme déjà repéré par les services de sécurité manifestait de l’intérêt pour des groupes djihadistes, dont l’État islamique. Alors qu’il devrait être inculpé au plus tard mardi, il a revendiqué l’attentat lors de sa garde à vue. «J’ai écrasé les infidèles», a-t-il déclaré selon le quotidien suédois Aftonbladet, citant des sources proches de l’enquête. Il aurait également déclaré avoir agi sur ordre de l’organisation Etat islamique. Rakhmat Akilov était connu des services de renseignement, mais n’avait jamais été entendu. Le 15 décembre 2016, il a été informé que son pourvoi en appel avait été rejeté et qu’il avait deux semaines pour quitter la Suède. Constatant qu’il n’avait pas obtempéré, le Bureau des migrations a transmis son dossier à la police des frontières, qui a émis un avis de recherche à son encontre le 27 février. Par ailleurs, la Norvège a relevé son niveau d’alerte après l’interpellation, samedi soir, d’un Russe de 17 ans, en possession d’un engin explosif.

Les enquêteurs se penchent sur d’éventuelles complicités

Le camion «a été volé à l’occasion d’une livraison à un restaurant», a expliqué une porte-parole de son propriétaire, le brasseur Spendrups, RoseMarie Hertzman, à l’Agence France-Presse. Selon la police, des composants possibles d’un engin explosif avaient été découverts dans la cabine du camion, endommagé par un début d’incendie dont l’enquête devra déterminer l’origine. Dimanche, un deuxième suspect a été arrêté et placé en garde à vue, avait indiqué la juge Helga Hullman du tribunal de Stockholm, sans préciser les liens entre les deux individus.