Avec plus d’un quintal par an : L’Algérie parmi les plus gros consommateurs de pomme de terre au monde

0
1000

L’Algérie est classée parmi les plus gros pays  consommateurs de pomme de terre avec une disponibilité alimentaire annuelle  de plus de 111 kg/habitant, a indiqué  à Alger le ministre de  l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi.

« Les disponibilités alimentaires à la consommation en pomme de terre sont  de 111,5 kg par habitant annuellement, contre une consommation mondiale  moyenne de 31 kg/habitant/an. Cette quantité place l’Algérie parmi les plus  gros consommateurs de ce produit à l’échelle mondiale », a-t-il précisé lors  d’une journée nationale de la pomme de terre organisée par le Conseil  national interprofessionnel de cette filière agricole.  A titre comparatif, la Bélarusse occupe la première place avec une  consommation de 181 kg/habitant/an, alors que celle du Royaume-Uni est de  102 kg et la Tunisie avec 30 kg.

La demande nationale en pomme de  terre est assurée à 100% par la production nationale

  A l’échelle africaine, la consommation moyenne est de 4 kg/habitant/an.  Par ailleurs, le ministre a affirmé que la demande nationale en pomme de  terre est assurée à 100% par la production nationale qui avait atteint 47  millions de quintaux (qx) en 2017, contre 26 millions qx en 2009, avec un  rendement de près de 310 qx/hectare.  La stabilité du marché en ce qui concerne ce légume a permis, selon lui,  de rassurer les agriculteurs en les encourageant à élargir les superficies  cultivées qui sont passées de 105.121 hectares en 2009 à 148.692 hectares  en 2017.  « La filière a connu, ces dernières années, une progression significative  qui a permis non seulement de couvrir aisément les besoins nationaux mais  également de dégager des excédents à exporter en facilitant, ainsi, une  bonne régulation du marché », a-t-il poursuivi.  Evoquant les exportations de la pomme de terre réalisées durant les deux  dernières années, M. Bouazghi a indiqué qu’elles s’étaient établies à 817  tonnes en 2017 dont 500 tonnes vers le Qatar et 249 tonnes vers l’Espagne.  Toutefois, les quantités exportées en 2017 ont nettement baissé par  rapport à celles de l’année 2016 durant laquelle l’Algérie avait exporté  2.600 tonnes vers 16 pays dont 849 tonnes vers les Emirats Arabes Unis, 605  tonnes vers le Qatar et 487 tonnes vers l’Espagne. Concernant la production de semences de pomme de terre, le ministre a  assuré que les superficies qui leur sont consacrées ont presque doublé par  rapport aux dix dernières années en atteignant 23.430 hectares.  Ce qui a permis au pays de réduire ses importations en pommes de terre de  semences de 50 %: « Notre objectif est d’assurer une disponibilité régulière  qui permet d’atteindre un taux de couverture raisonnable de nos besoins par  la production nationale et de constituer des stocks de sécurité », a-t-il  avancé.   Sur ce point, il a noté que sur la campagne agricole 2017-2018, les  importations en pommes de terre de semence ont nettement diminué par  rapport à la campagne précédente en passant de 72.000 tonnes à 35.000  tonnes. Par ailleurs, le ministre a fait valoir qu’outre son importance dans la  sécurité alimentaire du pays, la filière de pomme de terre a un impact  certain sur la croissance économique en général et sur le secteur agricole  en particulier. Selon ses chiffres, la valeur de la production de pomme de terre a atteint  234 milliards de dinars en 2017, ce qui représente 8% de la production  globale du secteur (production végétale et animale).    Quant à sa contribution dans la lutte contre le chômage, cette filière  génère annuellement 60.000 emplois, selon le ministre.

K.M