Bedoui : «La date du scrutin sera arrêtée par le Président Bouteflika»

0
1208

 

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, a animé, hier,  un point de presse à l’issue de la rencontre walis-gouvernement. L’occasion pour lui de faire un bilan de cette rencontre qui vise à «conforter la décentralisation» et le pouvoir local.

Il abordera également  d’autres questions politiques et sécuritaires. Au sujet des prochaines législatives, il indiquera que la date du scrutin sera arrêtée par le président de la République. S’agissant de la régularité des prochaines élections, il soulignera que la mise en place de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), constitue la garantie de cette indépendance. Il rappellera au sujet de cette instance, que son autonomie vis-à-vis de l’administration constitue la preuve de son indépendance de l’administration. «Elle est unique au monde, elle a son autonomie financière, c’est elle qui se chargera du recrutement de son personnel et de ses moyens logistiques». Cette instance, ajoute le ministre de l’Intérieur, est un mécanisme permanent qui continuera à fonctionner après les élections. Elle recevra les avis et les propositions des partenaires politiques pour améliorer le déroulement des processus électoraux à l’avenir. Le ministre de l’Intérieur, affirme récuser la dichotomie, partie du pouvoir et partie de l’opposition. Il préfère parler de «partenaires politiques»,  dont le souci  est de servir en dernière instance l’Algérie. Sur le plan sécuritaire, le ministre de l’Intérieur relèvera l’amélioration substantielle de la situation, il rendra hommage à ce propos aux forces de l’Armée nationale populaire, et des autres services de sécurité. «Les opérations menées par l’ANP dans le Sud du pays, avec l’interception des armes, l’arrestation des terroristes et des narcotrafiquants est une preuve irréfutable de l’efficacité de la démarche». Au sujet de la rencontre walis-gouvernement, N.Bedoui commencera par rendre hommage au président de la République qui est à l’origine de ce type de rendez-vous. Il rappellera que la première rencontre a eu lieu en 2000, et actuellement nous en sommes à la septième réunion du genre. «Dans l’esprit du président de la République, il s’agit de favoriser un échange d’informations et de visions, entre responsables locaux et responsables centraux pour mettre en place une dynamique de développement», explique le ministre de l’Intérieur. La rencontre walis-gouvernement s’est terminée par des recommandations et, assure le ministre, «nous allons proposer au Premier ministre de mettre en place un mécanisme de suivi». Pour Noureddine Bedoui, les recommandations constituent pour le gouvernement une feuille de route dont l’objectif est de renforcer la décentralisation et le pouvoir local. Selon le ministre de l’Intérieur, la décentralisation est déjà en marche, il citera en exemple, l’allègement des procédures administratives et bureaucratiques en faveur des citoyens. «Un citoyen peut se rendre dans sa commune, pour retirer son permis de conduire, sa carte grise ou sa carte d’identité sans avoir à faire de longs déplacements». «Cette débureaucratisation est rendue possible grâce à de jeunes Algériens, entre 20 et 30 ans, qui ont fait des études d’informatique dans des instituts algériens, nous en sommes fiers». Dans le cadre de cette débureaucratisation, le ministre de l’Intérieur a promis la poursuite de l’assainissement du foncier industriel «afin de faciliter la tâche aux investisseurs privés, porteurs de projets structurants».

Un ministre sans langue de bois et avec une grande spontanéité

L’assistance  présente hier  à la clôture de la réunion gouvernement/walis, ont été agréablement surpris par la prestation du ministre de l’Intérieur, lors de sa conférence de presse. Très à l’aise devant le micro, Noureddine Bédoui passait de l’arabe au français avec une aisance remarquable. Avec une grande spontanéité et sans langue de bois, le ministre de l’Intérieur s’est prêté volontiers aux jeux de questions-réponses des journalistes, sans en éluder une seule.  Au-delà de son verbe facile, le ministre de l’Intérieur a fait preuve de cohérence et de structure dans son propos, donnant cette impression d’avoir bien travaillé ses dossiers et de les connaître par cœur, chiffres à l’appui. Pur  produit de l’université algérienne, Noureddine Bédoui a fait une prestation qui nous éloigne de ces ministres ringards, au style souvent guindé, qui tremblent devant le micro et qui buttent sur les chiffres et les lettres.

T.S.