Criminalité: 88.605 affaires et 75.888 arrestations enregistrées par la police du centre

0
1163

 

L’heure pour la sûreté nationale est aux bilans ! Mettant en effet à profit le forum de la DGSN, l’inspection régionale de la police du centre du pays a présenté hier, à Alger, les statistiques en matière de lutte contre la criminalité urbaine. Et le moins que l’on puisse dire est que la tendance à la hausse est toujours de mise, comme ce fut le cas depuis plusieurs années déjà. Ainsi, le contrôleur de police, Rabah Mahmoud, a déclaré que l’année passée, il a été enregistré un total de 88.605 affaires criminelles et de 75.888 arrestation. A noter dans ce registre que 66% des affaires ont été traitées dans les onze wilayas du centre du pays. Si on compare ces chiffres avec ceux de l’année 2015, il ressort une augmentation de 3,5% du nombre des affaires. Comme toujours, ce sont les atteintes aux personnes et les atteintes contre les biens qui constituent l’essentiel de la criminalité urbaine. Pour la première catégorie, elle s’élève à 29.780 affaires pour 30.247 arrestations alors que pour la seconde, elle est estimée 29.283 affaires pour 10.738 arrestations. Si on additionne les deux catégories, on observera qu’elles représentent plus de 60% du nombre total. Les coups et blessures volontaires constituent la moitié des atteintes aux personnes (14.170 affaires), suivis des menaces et injures avec 10.725 affaires et les meurtres qui s’élèvent en 2016 à 51 cas, selon l’inspecteur régional de la police du centre. Pour les contre les biens, on retiendra le nombre de  2376 affaires de vol par effraction, de 1313 vols de véhicules et de 674 vols sous la menace et la violence. A propos du trafic de stupéfiants, le bilan fait état de la saisie de 5,4 tonnes de résine de cannabis, 222.960 comprimés de psychotropes, 8,7 kg de cocaïne et 297 grammes d’héroïne. Au final, 15.394 affaires ont été enregistrées, soit une hausse de 29% par rapport  à 2015. Concernant par ailleurs les crimes commis par les mineurs, le contrôleur de police Mahmoud Rabah a révélé le traitement de 1786 affaires dont la majorité ont été résolues dont beaucoup d’affaire d’atteintes aux personnes, atteintes aux biens et trafic de drogue. Autre forme de  criminalité galopante dans la société algérienne, il s’agit de la cybercriminalité. A ce sujet, les services de la police judiciaire des 11 sûretés de wilayas du centre  ont traité plus de 370 affaires dont 59,4% ont été traitées et élucidées. On retrouve à cet effet les atteintes aux personnes qui représentent le taux le plus important (86%), le reste étant partagé entre l’escroquerie par Internet, les atteintes aux systèmes d’information, la diffusion des données dangereuses ou encore la diffusion de vidéos de mauvaises mœurs.Pour les autres formes de criminalité enregistrée en 2016, on notera la dilapidation de l’argent public avec 8934 affaires, les crimes économiques et financiers avec 3777 affaires et les atteintes aux bonnes mœurs avec 1437 affaires. Enfin, la répartition par wilayas fait ressortir une prédominance de la wilaya d’Alger qui a enregistré 44.283 affaires sur un total de 88.605, soit 50%. Idem pour les arrestations puisque la capitale arrive aussi en tête avec l’interpellation de 37.932 personnes. D’autres wilayas se sont également distinguées en 2016, dans le mauvais sens bien évidemment, à l’image de Blida qui a enregistré 7320 affaires et 5215 arrestations, Chlef avec 6923 affaires et 6764 arrestations et Tipaza avec 4815 affaires criminelles et 3642 personnes arrêtées.

Abdellah