Développement des TIC: L’Algérie enregistre une avancée notable

0
2135
Photo Fatah Guidoum@L'Echo d'Algérie

La ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda Imane Faraoun a annoncé, avant-hier, que l’Algérie a enregistré une avancée notable en terme de dynamique de développement des technologies de l’information et de la communication (TIC).

La ministre, s’est basée sur le dernier classement annuel de l’Union internationale des Télécommunications (UIT), sur l’indice de développement des technologies de l’information et de la communication (IDI) en 2017, publié la semaine passée. La ministre a saisi l’occasion de la présentation du projet de loi définissant les règles générales relatives à la Poste et aux Télécommunications devant les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) pour relever cette avancée. Elle rappelle donc que l’Algérie a gagné quatre places au classement. Notons que l’Algérie a été classée à la 102e place à l’échelle mondiale, selon l’IDI 2017 soit une progression de 4 places par rapport à l’année 2016 où elle occupait la 106e place. En ce qui concerne le sous-indice compétences, l’Algérie occupe désormais la «80e place au lieu de la 87e ». Selon la ministre, l’Algérie a maintenu sa croissance en matière d’évolution des TIC et d’augmenter dans la foulée l’IDI de 0,34. Ce qui a valu au pays d’occuper la 22e place au niveau mondial et la première à l’échelle arabe. L’Algérie a réalisé le meilleur taux d’amélioration de sous indice accès dans le monde arabe et le 7e mondialement, notera encore Faraoun. Pour rappel, en 2016, le secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications (UIT), Houlin Zhao, avait salué l’amélioration du classement mondial de l’Algérie dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC). A l’issue d’un entretien avec la ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la Communication, Imane-Houda Faraoun, tenue cette année, le secrétaire général avait facilité l’Algérie pour les progrès réalisés dans le domaine des TIC et a relevé que le pays pouvait «jouer un rôle important dans le développement des TIC en Afrique et dans le monde arabe». Cet objectif reste réalisable. Inscrit dans le cadre du programme d’appui à la mise en œuvre de l’Accord d’association entre l’Algérie et l’UE, un projet de jumelage a été lancé en juillet dernier, entre l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT) et un consortium européen constitué du «ministère allemand de l’Economie et de l’Energie en sa qualité de chef de file et de la fondation française Sophia Antipolis en tant que partenaire junior». Ce projet a pour objectif de favoriser le développement des TIC en Algérie.