Elections locales: Déroulement «ordinaire» de l’opération de vote, anomalies «isolées» relevées

0
197

Des responsables de formations politiques ont qualifié, hier , d’«ordinaire» le déroulement de l’opération de vote pour l’élection des Assemblées populaires communales (APC) et de wilayas (APW), tout en faisant état d’«anomalies isolées» relevées dans certains centres de vote du pays.

En ce milieu de matinée, le siège national du Rassemblement national démocratique (RND), sis à Ben Aknoun (Alger), est à peine fréquenté, les cadres dirigeants du parti, à leur tête le secrétaire général, Tayeb Zitouni, s’étant dirigés vers leurs centres de vote respectifs, aussi bien dans la capitale que dans d’autres wilayas du pays. Parmi les quelques présents au niveau de la permanence du parti, un des membres de la cellule de communication est suspendu à son téléphone portable et commente les échos qui lui parviennent de quelques régions, à l’instar de «l’absence des bulletins de vote dans l’un des bureaux de vote de la capitale». Ce que confirme son responsable, le porte-parole du parti, Sofiane Larabi, qui indique avoir été informé de ce cas ainsi que d’autres «anomalies d’ordre technique», à l’instar des erreurs de transcriptions de noms. «Néanmoins, ce sont des incidents isolés car, globalement, tout semble se dérouler de manière ordinaire. Quant à l’affluence des votants, il faut considérer que durant la matinée ces derniers sont d’ordinaire moins nombreux à se déplacer vers les centres de vote». précise-t-il. Même commentaire du côté du Front de libération nationale (FLN), dont le siège affiche la même ambiance de calme, ses dirigeants ayant également investi les centres de vote pour accomplir leur devoir électoral: seules quelques personnes s’y affairent à disposer les affiches des listes électorales dans la salle de réception ou à d’autres diverses besognes. «Hormis quelques signalements isolés, le processus électoral se poursuit dans des conditions ordinaires», assure le chef de cabinet, Nadir Boulekroune, citant, entre autres faits observés, «la confusion» dans la présentation des listes électorales, celle relevant de la commune Bourouba ayant été retrouvée dans celle d’El Hamiz à Alger et inversement. Pour le FLN, présent à l’échelle nationale dans 55 APW et 1238 APC, les élections locales «représentent souvent davantage d’enjeux que les législatives en raison du lien étroit liant la commune au citoyen», soutient celui qui fait également office de porte-parole du parti. M. Boulekroune en veut pour arguments «l’affluence modeste» ayant marqué le début du scrutin, contrairement à celui destiné au renouvellement de l’Assemblée populaire nationale (APN) qui connaît une participation plus timide en matinée. Ce qui, à ses yeux, «augure d’une présence plus importante des votants, au fil des heures». Une conviction partagée, par ailleurs, par la représentante du Mouvement de la société pour la paix (MSP) et l’un des membres de son Bureau national, Fatima Saidane, qui considère que les locales «suscitent souvent plus d’adhésion citoyenne» que les législatives, exprimant son souhait que «les Algériens exercent leur citoyenneté, y compris à travers le bulletin nul».

«Il est, dans tous les cas, préférable à l’abstention qui s’oppose à l’exercice de leur droit en tant que citoyens d’émettre leurs opinions politiques et d’accorder leurs voix aux candidats de leurs choix», explique-t-elle, avant de revenir sur les «mécontentements» parvenus au siège central du parti depuis le début du vote. Il s’agit, entre autres, du non-respect de l’ordre des listes de candidatures présentées par les partis, tel que fixé par le tirage au sort, du refus d’accès aux centres de vote subi par certains candidats, ainsi que l’absence de l’outil informatique destiné à ces derniers, détaille Mme Saidane. Elle fait savoir que, pour le suivi du déroulement de vote à travers le territoire national, y compris dans les wilayas et les communes où le parti n’a pas présenté de candidats, une cellule a été installée depuis la veille, vendredi, et demeurera opérationnelle jusqu’à l’annonce des résultats.

Telle une ruche active, elle est pilotée par une équipe de militants, jeunes pour la plupart, lesquels se relayeront deux jours durant pour le recueil non-stop d’informations émanant des relais locaux, à travers une plate-forme numérique et d’un site mis en place à cet effet, ainsi qu’au moyen d’appels téléphoniques. «Jusqu’en fin de matinée, les signalements reçus demeurent des cas isolés et pour lesquels nous avons saisi les délégations locales ou de wilayas concernées de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE)», poursuit-elle. Du côté du Front des forces socialistes (FFS), un mécontentement a été relevé au siège national du parti, en raison, soutient-on, de «la mauvaise organisation» observée dans le bureau de vote de la commune de Birkhadem à Alger, a dénoncé un des membres de l’Instance présidentielle du parti, Hakim Belahcel. Les principaux intervenants ont souligné, enfin, qu’«il faut attendre le baisser de rideau de l’opération de vote pour se faire une opinion plus précise sur son déroulement et les principales tendances qui en découleraient».

R. N.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here