Elle prévoit des aides au profit des couches défavorisées: L’Etat opte pour une nouvelle politique sociale

0
291

Après l’adoption du projet de loi de finances 2022 par la majorité des députés à l’APN, le Premier ministre, ministre des Finances, AïmeneBenabderrahmane, a affirmé que l’Etat n’entend pas renoncer à l’aide sociale, mais il s’agit pour autant d’une nouvelle politique  basée sur une autre forme de subventions destinées aux couches sociales défavorisées.

Benabderrahmane a rappelé l’attachement de l’Etat à l’aide sociale, soutenant que le terme de «renoncement» à cette aide doit être banni du langage en Algérie. Il a déploré les inexactitudes relayées par certains médias concernant l’aide ciblée prévue dans le PLF 2022, précisant que le gouvernement n’entend nullement renoncer à l’aide de l’Etat. Il s’agit seulement de l’adoption d’une nouvelle philosophie visant à cibler, directement par des aides, les familles dans le besoin et ce, dans le cadre des efforts visant à «protéger le pouvoir d’achat des citoyens et à mettre les deniers publics à l’abri de la corruption, a ajouté le Premier ministre. Le gouvernement a consacré, dans le projet de loi de finances 1.942 milliards de dinars à la politique d’aide sociale, a-t-il rappelé à ce propos, évoquent, par ailleurs, les mesures incitatives en faveur de l’investissement, prévues dans le texte, notamment pour les projets générateurs de richesses, d’emplois et de croissance économique. Il a également rappelé les facilitations en matière d’investissement au profit des jeunes entrepreneurs, ainsi que les mesures à même d’assurer la relance et la protection de l’économie nationale et de créer un climat favorable aux investissements. Selon le Premier ministre, le projet de loi de finances marque le début effectif de la mise en œuvre du Programme du président de la République. Il a, en outre, relevé que la réforme de la politique de subvention sociale visait l’orientation des fonds alloués dans ce cadre aux véritables ayants droit appartenant aux classes vulnérables et moyennes. Le Premier ministre a expliqué que les mesures prévues par le PLF 2022 liées à la réforme de la politique de subvention sociale consacrent l’orientation sociale de l’Etat, une orientation traduisant les principes du 1er Novembre 1954. L’Etat a aidé et continuera à subventionner, à travers des montants importants prévus dans le PLF 2022, les catégories vulnérables et moyennes, a-t-il précisé, indiquant que la politique de subvention se poursuivra et sa levée «nous est interdite».

Le gouvernement a consacré, dans le projet de loi de finances 1.942 milliards de dinars à la politique d’aide sociale Le dispositif mis en œuvre suite à la révision des subventions consiste à orienter les fonds alloués aux véritables ayants droit à travers des mécanismes devant être mis en place par le dispositif en question, a souligné le Premier ministre, rappelant que la loi de finances sera suivie d’autres textes de loi, à l’instar de la loi sur l’investissement, le code des marchés publics et la loi relative au partenariat public-privé. Ces textes constituent des clés pour l’action du gouvernement et permettront de conférer au nouveau modèle économique la façade, la dimension et la crédibilité qu’il faudra, a-t-il soutenu. D’autre part, le Premier ministre a mis l’accent sur l’impératif de passer d’une approche administrative en matière de gestion des structures économiques et publiques à une approche économique permettant à l’économie nationale d’amorcer de nouvelles perspectives. Il a plaidé pour le changement du mode de gestion des établissements économiques et des entreprises publiques, et ce, en vue d’une exploitation plus optimale de ces structures. Le Premier ministre a fait savoir, dans ce sens, que les établissements économiques, les universités et les ports fonctionnent désormais avec des horaires administratifs, soit quatre jours par semaine seulement, estimant qu’il était temps de renoncer à ces approches et d’adopter une approche permettant à l’économie nationale d’amorcer de nouvelles perspectives. Il a relevé, dans ce sens, l’impérative exploitation des structures existantes non exploitées dans les différents secteurs avant de recourir à l’inscription de nouveaux projets, et ce, dans le souci de la rationalisation de la gestion des deniers publics, notamment dans les secteurs de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la santé publique. Abordant la question du financement du déficit budgétaire pour l’exercice 2022, Benabderrahamne a déclaré que ce déficit sera financé en recourant au marché financier intérieur, aux banques et aux prélèvements sur le Fonds de régulation des recettes, en tenant compte des prévisions sur un redressement des cours de pétrole et l’adoption d’un prix référentiel de 45 dollars le baril au titre du budget de l’année prochaine.

A cet égard, il a expliqué que le recours au financement interne de l’économie se fera sur la base du retour au marché financier intérieur, qui compte d’énormes moyens financiers en attente de mobilisation, ce qui permettra, selon lui, d’atténuer la pression sur le budget de l’Etat. Concernant l’encadrement économique global du projet, il a estimé que l’adoption d’un prix de référence de 45 dollars le baril, au moment où les cours internationaux de pétrole avoisinent les 85 dollars, s’explique par la nécessité de faire preuve de prudence vis-à-vis d’un marché pétrolier instable, souvent sujet à la spéculation. Au sujet de l’augmentation des dépenses communes au titre du budget 2022, à hauteur de 40,75% par rapport à la loi de finances complémentaire 2021, le Premier ministre a imputé cette augmentation à l’inscription d’enveloppes importantes destinées à la prise en charge des dépenses des comptes d’affectation spéciale qui seront fermés. Concernant les autorisations de programme, il a fait remarquer que l’augmentation des autorisations destinées à l’investissement à plus de 218 milliards de dinars au titre du PLF 2022 était due à l’inscription de nouveaux projets et à la réévaluation des programmes en cours de réalisation, outre un budget de plus de 963 milliards de dinars alloué au programme complémentaire pour les 10 wilayas nouvellement créées. S’agissant du dossier du foncier et du cadastre, il a fait part de la fusion de la Conservation foncière et des services de cadastre, un nouveau organe qui sera placé sous la tutelle de la direction générale du Domaine national en vue de faciliter les mesures d’octroi du livret foncier et les opérations de cadastre au niveau national. Quant à l’importation, le Premier ministre a indiqué que des mesures seront prises en vue de durcir le contrôle douanier sur les biens et les marchandises importés au niveau des services implantés aux frontières à travers le contrôle des marchandises lors des opérations de dédouanement à l’aide des nouvelles technologies. Evoquant le système de transport des marchandises au niveau des douanes, le Premier ministre a fait état de l’élaboration de dispositions de facilitation des meures de transport des marchandises sans pour autant impacter les opérations de contrôle, et ce, dans le cadre du décret exécutif N° 18 relatif à la circulation de certaines marchandises dans la zone terrestre. Entre autres nouvelles mesures inclues dans le cadre du PLF 2022, il a rappelé la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) réduite de 9% appliquée sur les ventes de sucre (blanc et brut). L’exonération en vigueur sera annulée pour préserver la santé du consommateur et réduire la facture d’importation.

Cette mesure intervient pour plusieurs considérations, notamment celles liées au volume de la facture d’importation de ceproduit qui influe sur le budget de l’Etat et sur les réserves de change, a-t-il précisé. Le Premier ministre a également insisté sur la nécessité de consacrer les dépenses de l’Etat en matière d’importation des céréales à l’appui de la production locale des céréales et à la sécurité alimentaire, considérant que le prix actuel d’achat des céréales auprès des agriculteurs» demeure au deçà de celui que l’Etat débourse en matière d’importation des céréales de l’étranger.

T. Benslimane

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here