En recevant les syndicats de son secteur, le ministre de la Santé affirme: Le dialogue avec les partenaires sociaux, une option stratégique du gouvernement

0
968
Photo conception L'Echo d'Algérie@

En recevant au siège de son département le président du syndicat national algérien des psychologues (SNAPSY), Khaled Keddada, dans le cadre du cycle de rencontres initiées avec l’ensemble des partenaires sociaux, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, a affirmé que le dialogue avec l’ensemble des partenaires sociaux était une option stratégique du gouvernement.

Il a précisé que cette démarche est inscrite dans le cadre de la mise en œuvre du programme du président de la République, relevant que les avancées enregistrées dans ce sens seront consolidées et les acquis préservés et que les portes du dialogue resteront ouvertes. Parallèlement aux aspects relatifs au dialogue social, la rencontre a, par ailleurs, permis de procéder à un échange de points de vue sur le rôle des psychologues dans le système de la santé. Concernant ce volet, notamment en matière de psychologie clinique, les deux parties sont convenus de « la nécessité d’articuler la formation, dans cette spécialité, avec les besoins de santé publique.

Le ministre a, dans ce cadre, précisé que la place du psychologue sera aussi valorisée, à tous les niveaux, au titre de la normalisation de l’organisation du système de santé, dans la mesure où les psychologues doivent avoir leur juste place dans le processus de prise en charge du patient. Toujours dans le cadre du cycle de rencontres avec les partenaires sociaux, le ministre a également eu des entretiens avec le président du syndicat national des médecins généralistes de Santé publique (SNMG/SP), Salah Laouar, ayant permis de mettre en lumière une convergence de points de vue quant à la nécessité de remettre au premier plan le médecin généraliste, considéré comme une véritable pierre angulaire du système de santé. Hasbellaoui a ainsi insisté sur la nécessité de revoir la formation continue du médecin généraliste, précisant qu’un bon médecin généraliste peut prendre en charge plus de 80% des besoins en soins médicaux. Le ministre a saisi l’opportunité pour adresser ses « sincères encouragements » à l’ensemble des médecins généralistes qui accomplissent leur travail « avec abnégation » sur le front de la santé à travers tout le territoire national. Pour sa part, M. Laouar a exprimé le soutien du syndicat à l’action du ministre de la Santé, mettant en exergue la qualité du dialogue entre son instance et l’administration centrale du secteur de la santé. Enfin, les deux parties sont convenus de poursuivre et consolider les chantiers déjà ouverts dans le cadre du partenariat.