EN: Une solidité à toute épreuve !

0
454

Deux matchs, deux victoires. L’équipe nationale poursuit sa belle série qui lui permet d’égaler le record africain d’invincibilité de 26 matchs sans défaite, détenu désormais conjointement avec la Côte d’Ivoire.

Au-delà du record, qui reste anecdotique au demeurant, il y a lieu de souligner surtout la confiance et la sérénité qui règnent dans le groupe depuis la venue de Djamel Belmadi à la barre technique. Les Verts ont appris à gérer les bonnes et mauvaises périodes face à des équipes de niveaux différents et venues de divers horizons. C’est le signe d’un degré de maturité jamais atteint auparavant en sélection. Face au Mali, en dépit des difficultés rencontrées au cours de la rencontre, notamment en première période, Aïssa Mandi et ses camarades ont su comment faire le dos rond pour gérer la partie avant de planter une banderille grâce au revenant Riyad Mahrez. Une avance préservée ensuite grâce à leur métier face à un adversaire, certes dominateur, mais rarement dangereux. Les Verts ont acquis une expérience à toute  épreuve, solidifiée et bonifiée grâce à un état d’esprit sans faille. Sans les bons résultats enregistrés ces dernières années, ils auraient probablement cédé au doute. Les Maliens en auraient profité pour matérialiser leur ascendant. Il n’en fut rien. Au contraire, ce sont les Algériens qui ont exploité l’une de leurs rares occasions pour faire la différence. Évidemment, cette victoire satisfait amplement le coach national, ravi de la prestation de ses poulains.

En conférence de presse d’après-match, il a notamment insisté sur le volet tactique. «Il faut savoir évoluer tactiquement. Aujourd’hui, on l’a fait pendant la mi-temps. Il fallait changer les choses, il faut avoir une flexibilité selon la problématique qu’on nous pose. En seconde période, on a changé notre dispositif tactique, on a mis plus d’impact», a-t-il analysé, au moment où tout le monde se focalise sur le record d’invincibilité. Celui-ci ne va pas faire gagner des titres à l’équipe nationale. Il est bon à prendre, mais il ne doit pas détourner la sélection de son principal objectif, celui d’améliorer le rendement des joueurs et du collectif en général. Il faut chercher à progresser constamment et s’adapter aux difficultés auxquelles l’équipe fait face. Après le Mali, il faut se projeter désormais vers le troisième match de préparation contre la Tunisie à Radès. Un autre adversaire avec un autre style. Il s’agit d’un derby avec son lot d’incertitudes et d’indécisions. Les deux sélections qui traversent une période faste en ce moment, tenteront de continuer sur leur lancée. «Je connais parfaitement la Tunisie. C’est une équipe qui a beaucoup d’expérience, avec des joueurs habitués à jouer en Afrique et qui savent gérer leurs matchs. Notre objectif est de préserver notre position dans le Top 5 africain du classement FIFA, pour pouvoir disputer un éventuel match (retour) des barrages du Mondial 2022 chez nous», a déclaré le sélectionneur national pour lancer ces retrouvailles, qui visiblement n’auront d’amical que le nom. D’ailleurs, Belmadi l’a déjà affirmé, pour lui «il n’y a pas de matchs amicaux». Avec son tempérament de gagneur, il ne laisse pas de place au relâchement, encore moins à la résignation. Si l’on doit retenir une chose de sa manière de coacher, c’est bien ça.

Ali Nezlioui