En vue de parvenir à une solution consensuelle: Les appels au dialogue inclusif se multiplient

0
541
Onzième vendredi de contestation(Photo: Fateh Guidoum)

 

Les appels  au dialogue inclusif devant aboutir à un changement politique global et déblayer la voie pour une sortie de crise définitive. Ainsi, de nombreux partis politiques ont plaidé  en faveur de la mise en place d’une instance nationale chargée de la surveillance des élections et réitéré leur soutien à tout consensus susceptibles de se faire jour sur la scène politique nationale.  C’est le cas notamment du président de Talaei el Houriet, l’ancien chef du gouvernement, Ali Benflis, qui a précisé dans sa réponse à l’invitation de Bensalah, qu’il partageait « pleinement les justes revendications de notre peuple. Et comme responsable politique, je m’emploie au mieux de mes possibilités et de mes capacités à contribuer à leur réalisation prometteuses pour la nouvelle citoyenneté, pour l’État de droit et pour la République démocratique et moderne».Pour le président de Talaei El Houriet, ces consultations qui anticipent les événements, sont « une erreur et une tentative d’induire en erreur du fait qu’elles soient hors sujet de ce qui se passe dans le pays ».   Ali Benflis note également que le peuple algérien « ne voit à travers ces consultations qu’une vaine tentative pour d’éviter de répondre aux exigences réelles en ce sens que le vrai sujet posé avec insistance concerne la présidence de l’Etat, la présidence de l’APN et le gouvernement». D’autres partis comme le MSP de Abderrazak Mokri, le Front pour la justice et le développement de Abdellah Djaballah ou encore le FNA de Moussa Touati, ont décliné l’invitation de la Présidence, estimant qu’il s’agit d’une « nouvelle tentative » de « gagner le temps » de la part du système en place. Il s’agit aussi d’une démarche qui s’inscrit à l’encontre de la volonté du peuple et de ses revendications, a-t-on encore expliqué.   Au lendemain de son investiture à la tête de l’Etat pour une période intérimaire de trois mois, Abdelkader Bensalah, s’était engagé à mettre en place, en concertation avec la classe politique et civile citoyenne, une institution nationale collégiale, souveraine dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions nécessaires de préparation et d’organisation d’élections nationales honnêtes et transparentes. Il a avait affirmé alors que « c’est en concertation avec la classe politique et civile citoyenne que je me propose, en priorité et en urgence, de créer une institution nationale collégiale, souveraine dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions nécessaires de préparation et d’organisation d’élections nationales honnêtes et transparentes ». Affirmant que « le gouvernement et les services administratifs concernés seront chargés de la soutenir et de l’accompagner dans l’accomplissement de ses missions en toute liberté », il a exhorté « tout un chacun à surmonter les divergences et nous investir dans une action collective historique à la hauteur des défis de l’étape, reposant sur les valeurs de solidarité, de cohésion et d’abnégation, dans le but d’atteindre l’objectif suprême, c’est-à-dire poser les fondements de l’Algérie du futur ». Les participants à la neuvième rencontre de concertation des « Forces du changement en faveur du choix du peuple » regroupant des partis de l’opposition, des syndicats et des personnalités nationales ont appelé à l’organisation d’une « rencontre nationale » afin de trouver une solution à la crise politique que traverse le pays. L’accent a été mis lors de cette rencontre sur la nécessité de « former une commission qui se chargera d’organiser une rencontre nationale des Forces du changement qui soit ouverte à tous les acteurs de la société, à l’exception des parties ayant été à l’origine de la crise actuelle, et ce afin de rechercher une solution qui puisse répondre aux revendications pacifiques du peuple ».

Se disant ouverts à toute initiative pouvant contribuer à satisfaire les revendications populaires, les participants à cette rencontre ont réitéré leur attachement au dialogue en tant que principe à même de trouver une issue à cette situation. Ils ont salué, par la même occasion, l’appel au dialogue exprimé par l’Armée nationale populaire (ANP) dans son communiqué rendu public mercredi. Après avoir réitéré leur soutien au Hirak populaire et à la sauvegarde de la cohésion de l’élan populaire pacifique, les participants ont souligné l’impérative préservation de l’indépendance de la justice dans le traitement de tous les dossiers ainsi que le respect des règles de la justice, de l’impartialité et de l’équité. Ils ont également appelé à prendre des mesures « urgentes » pour récupérer l’argent public détourné et protéger la richesse populaire, mettant l’accent sur la nécessité d’informer l’opinion publique sur les poursuites judiciaires lancées dans les dossiers de corruption. Ceci intervient au moment où le Général de Corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, Vice-ministre de la Défense nationale, Chef d’Etat-major de l’ANP, avait affirmé que l’ANP) allait continuer à faire face aux plans visant à semer la discorde et la sédition entre les Algériens et leur armée, tout en réitérant les « garanties suffisantes » du Haut Commandement de l’Armée à la justice pour poursuivre le traitement des dossiers liés à la corruption « sans aucune contrainte ni pression ». Lors de sa visite de travail effectuée à 1ère Région militaire à Blida, Gaïd Salah avait souligné que « le peuple algérien a exprimé par ses marches pacifiques à travers tout le pays, son attachement solide à sa patrie et la noblesse de ses aspirations ». Le peuple a affirmé « sa mobilisation sincère pour la sécurité et le progrès de l’Algérie et pour barrer toutes les voies aux tentatives de déstabilisation et de dévoiement de ce parcours pacifique et civilisé, lors duquel le peuple algérien a démontré son attachement à sa terre et à ses ambitions légitimes à construire un Etat fort, sûr et prospère, où participeraient tous ses enfants dévoués à édifier ses institutions, ayant pour fondement l’intérêt suprême de la nation, pour base l’équité sociale et pour piliers, la sincérité, le dévouement et la loyauté envers Allah et la nation », a-t-il souligné. « Face à ces plans qui tendent à semer les graines de la discorde et de la sédition entre les Algériens et leur Armée, l’ANP continue à leur faire face, conformément aux dispositions de la Constitution et des lois républicaines », a-t-il assuré. Cela atteste de « la réussite des unités de sécurité, en charge du maintien de l’ordre, à déjouer les diverses tentatives visant à semer la terreur et l’anarchie et troubler l’ambiance calme et sereine caractérisant les marches citoyennes », a-t-il affirmé, précisant que « ceci a été confirmé par l’interpellation, au courant de la fin de la semaine passée, d’individus en possession d’armes à feu, d’armes blanches et de grenades lacrymogènes, ainsi qu’une grande quantité de psychotropes et des moyens de communication ». Le Général de Corps d’Armée a, par la même occasion, réitéré son appel à la justice afin d' »accélérer la cadence des poursuites judiciaires concernant les affaires de corruption et de dilapidation des deniers publics », ajoutant que le Commandement de l’ANP « offre des garanties suffisantes aux services judiciaires pour poursuivre avec détermination et en toute liberté, sans aucune contrainte ni pression, le jugement de ces corrupteurs ». Par ailleurs, il a indiqué avoir « appelé l’appareil de la justice », dans ses interventions précédentes, en vue d' »accélérer la cadence des poursuites judiciaires concernant les affaires de corruption et de dilapidation des deniers publics et de juger tous ceux qui ont pillé l’argent du peuple ». Dans ce contexte, précisément, Gaïd Salah a valorisé « la réponse de la justice quant à cet appel qui représente un volet important des revendications légitimes des Algériens ». Il a également assuré que le Commandement de l’ANP « offre des garanties suffisantes aux services judiciaires pour poursuivre avec détermination et en toute liberté, sans aucune contrainte ni pression, le jugement de ces corrupteurs. Ces dispositions permettront ainsi de rassurer le peuple que son argent pillé sera récupéré par la force de la loi et avec la rigueur requise ». Pour Gaïd Salah, « l’alignement de l’ANP aux côtés du peuple afin d’atteindre ses objectifs visant à opérer le changement escompté et sa mobilisation continue pour accompagner les Algériens dans leurs marches pacifiques et leur sécurisation, découle de la cohésion et de la concordance dans les visions et la démarche empruntée entre le peuple et son armée, une cohésion qui semble déranger ceux qui portent une animosité profonde envers l’Algérie et son peuple et ce, malheureusement, en conspirant avec des parties intérieures, qui ont vendu leur âme et ont hypothéqué l’avenir de leurs concitoyens pour des fins et des intérêts personnels étroits ». Il a rassuré que « notre pays, qui a su traverser diverses épreuves et crises tout au long de son histoire, saura, sans nul doute, sortir plus fort et plus solide de sa crise actuelle ».

T. Benslimane