26.9 C
New York
dimanche, octobre 17, 2021
AccueilEconomieEndettement extérieur: L’Algérie refuse catégoriquement

Endettement extérieur: L’Algérie refuse catégoriquement

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a réaffirmé, dimanche, le refus de l’Algérie de recourir à l’endettement extérieur, un choix qui serait un «suicide politique». Lors de sa rencontre périodique avec des responsables de médias nationaux, le Président Tebboune a indiqué que «le Fonds monétaire international agit comme s’il préparait le terrain à l’endettement».

Nous n’opterons jamais pour ce choix, c’est impensable. Nous ne mènerons pas le pays vers un suicide politique». A cet effet, le président de la République s’est dit sceptique vis-à-vis des recommandations du FMI qui prône le report de la mise en œuvre des réformes structurelles, affirmant que «l’Etat algérien poursuivra ces réformes en toute souveraineté». Le Président Tebboune s’est, en revanche, félicité des rapports de la Banque mondiale qui a salué «la résilience de l’économie algérienne dans un milieu instable». L’économie algérienne devra enregistrer un taux de croissance de près de 4%, dépassant, ainsi, les prévisions de la Banque mondiale (2,6%), a-t-il estimé. A la fin de l’année, les recettes de l’Algérie couvriront toutes ses acquisitions de l’étranger, sans toucher aux réserves de change, a affirmé le Président Tebboune, ajoutant que si «nous ne connaîtrons pas de situation exceptionnelle, nous pourrons atteindre l’équilibre financier vers la fin 2021, sans toucher aux 44 milliards de dollars de réserves de change, qui étaient estimées à 57 milliards USD à la fin 2020». Revenant sur les résultats de l’économie nationale en 2021, le Président Tebboune prévoit des exportations hors-hydrocarbures estimées à 4,5 milliards USD, un chiffre jamais atteint «depuis 25 ans». A ce propos, il a mis en avant le rôle de la politique en place en matière de rationalisation des importations en vue de réaliser l’équilibre de la balance commerciale du pays, faisant état par la même de la révision «structurelle et sans créer de pénurie» de la politique d’importation. Une telle démarche a fait passer la facture d’importation de 60 milliards USD à 32 milliards USD.

T. M.

ARTICLES SIMILAIRES

Du même auteur

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -

ARTICLES POPULAIRES