Etats Unis: Trump rencontrera Xi pour tenter de sceller un accord USA-Chine

0
836

Le président américain Donald Trump a déclaré jeudi qu’il rencontrerait bientôt son homologue chinois Xi Jinping pour tenter de sceller un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine, le négociateur en chef de Washington ayant fait part de « progrès substantiels » dans les négociations avec Pékin.

S’exprimant à la Maison blanche lors d’une réunion avec le vice-Premier ministre chinois Liu He, Donald Trump s’est dit convaincu que Washington et Pékin parviendraient à « l’accord le plus important jamais conclu ». Les discussions organisées mercredi et jeudi à Washington ont permis de réaliser d' »importants progrès », a déclaré pour sa part la délégation chinoise dans un communiqué relayé par l’agence de presse Chine Nouvelle. La Chine va accroître ses importations de produits agricoles américains, d’énergie et de produits industriels, a-t-elle précisé. Aucune rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping n’a pour l’instant été programmée, mais le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, qui mène les négociations commerciales pour Washington, a déclaré qu’une délégation américaine avait été invitée à Pékin à la mi-février pour poursuivre les discussions. Donald Trump a dit à Liu He qu’une délégation menée par Lighthizer et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin se rendrait en Chine à cette date pour un nouveau cycle de négociations, a rapporté Chine Nouvelle. Le vice-Premier ministre chinois s’est engagé à ce que la Chine augmente ses achats de soja américain. Selon un membre de l’administration américaine, les importations chinoises de soja pourraient doubler pour s’élever à 5 millions de tonnes. Ces ventes de soja américain à la Chine avaient totalisé 31,7 millions de tonnes en 2017 mais la Chine les avait drastiquement réduites au second semestre 2018 en représailles à la hausse des droits de douane américains sur ses produits. La décision annoncée jeudi par Pékin « va faire très plaisir à nos fermiers », a déclaré Donald Trump. Cette annonce a été faite à l’issue de deux jours de pourparlers destinés à avancer vers un accord d’ici au 1er mars, fin programmée de la trêve commerciale décidée par Trump et Xi lors de leur entretien en marge du sommet du G20 en décembre. »Nous avons effectué des progrès incroyables. Cela ne veut pas dire qu’il y aura un accord », a cependant prévenu Trump.

Des engagements «  spécifiques et applicables »

Son représentant au Commerce, Robert Lighthizer, a souligné qu’il restait beaucoup de travail à accomplir pour parvenir à un accord, mais il a fait part de « progrès substantiels » dans les discussions qui portaient notamment sur les usages chinois en matière de propriété intellectuelle, les transferts de technologie forcés et l’agriculture. Les Etats-Unis ont pour objectif de pousser la Chine à prendre des engagements « plus spécifiques et applicables » concernant un mécanisme de contrôle que Washington veut instaurer, a ajouté Lighthizer. Il s’agit d’un point crucial dans les négociations, ont dit plusieurs représentants de l’administration américaine. Dans un communiqué jeudi soir, la Maison blanche a rappelé que le 1er mars était une date butoir pour parvenir à un accord commercial, sous peine que Donald Trump relève de 10% à 25% les droits de douane sur 200 milliards de dollars (175 milliards d’euros) de produits chinois importés dès le 2 mars. « Quand le président Xi et moi-même nous entretiendrons, chaque point sera accepté », a estimé Donald Trump. Un membre de la chambre américaine du Commerce, informé de la teneur des discussions, a noté que d’importantes divergences demeuraient entre les Etats-Unis et la Chine, cette dernière n’ayant pas formulé de propositions nouvelles pour répondre aux préoccupations de Washington concernant les transferts de technologie forcés et les subventions à l’industrie.Avant de s’entretenir avec Liu He dans la soirée, Donald Trump avait réclamé que la Chine ouvre ses marchés « non seulement aux services financiers, ce qu’elle fait en ce moment, mais aussi à nos produits manufacturés et agricoles et aux autres entreprises et secteurs américains ». »Sans cela, un accord serait inacceptable ! », a ajouté le président américain.