Fédérations algériennes de karaté-do et d’escrime: Ould Ali refuse d’en parler

0
1129

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali, n’a pas soufflé mot concernant les Fédérations algériennes de karaté-do (FAK) et d’escrime (FAE), les deux instances étant les seules à ne pas avoir encore organisé leurs Assemblées générales électives (AGE), conduisant même à l’intervention de la Fédération internationale pour la première discipline. I nterrogé en marge du match GS PétroliersHusseïn-Dey Marines, mardi soir à Hydra (Alger) dans le cadre de la 6e et dernière journée du tournoi «play-off» du championnat d’Algérie de basket-ball (dames), Ould Ali a d’abord accepté de se prêter au jeu des questionsréponses avant de décliner poliment quand il a su qu’il s’agissait des deux fédérations en question. «Aucun commentaire», a-t-il simplement lâché. Dans une lettre adressée au ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) jeudi dernier, la Fédération internationale de karaté-do (WKF) a demandé de «faciliter» l’organisation d’une assemblée élective et de trouver, dans «un délai de 45 jours», une solution aux «dysfonctionnements» que vit la FAK depuis plusieurs mois. «Nous avons le regret de vous informer que nous avons enregistré des dépassements et dysfonctionnements en contradiction avec les textes et règlements de la WFK et la charte olympique au sein de la Fédération algérienne de karaté depuis la démission du président sortant au mois d’avril 2016 à ce jour et qui doivent trouver leur solution dans un délai ne dépassant pas les 45 jours», a écrit la Fédération internationale de karaté dans une correspondance à Ould Ali. Aboubaker Mekhfi a été désigné fin mai par le MJS à la tête d’un directoire pour gérer les affaires de la FAK, secouée depuis des années par une instabilité dans sa direction, en attendant l’organisation d’une AGE, une décision qui n’a pas plu aussi à plusieurs membres de l’Assemblée générale de l’instance fédérale. «(…) Nous vous saurions gré de bien vouloir procéder à la dissolution de tout organe non élu de la Fédération algérienne et de faciliter l’organisation par les membres de l’Assemblée générale d’élections libres», ajoute la WKF. Reportée à cinq reprises, l’AG ordinaire de la FAK s’est déroulée finalement le 1er avril dernier en pré- sence de 52 membres. L’Union des fédérations africaines de karaté (UFAK) a également adressé une lettre au MJS, dans laquelle il est expliqué que le Comité exécutif de l’UFAK joint son avis à celui du président de la WKF quant à la dissolution du directoire et l’organisation de l’AGE par les membres de l’Assemblée générale de la FAK. Concernant la Fédération algérienne d’escrime, dont l’Assemblée générale élective a été reportée sans motif apparent, elle est toujours dans l’attente d’une décision du MJS en ce sens. «Le ministère de la Jeunesse et de Sports nous a contactés 48h avant la tenue de l’AGE prévue initialement le 25 février dernier pour arrêter le processus jusqu’à nouvel ordre», avait déclaré le secrétaire général de la FAE, Abdelkader Saïdi, au mois d’avril. Le président sortant, Abderraouf Bernaoui (41 ans), à la tête de la FAE depuis 2013, était l’unique candidat pour le mandat olympique 2017-2020. Les membres de l’Assemblée générale de la FAE, réunis le 11 février en session ordinaire, avaient adopté à l’unanimité les bilans moral et financier de Bernaoui et son bureau fédéral pour l’exercice 2016, ainsi que pour le mandat olympique 2013-2016.