Gaid Salah affirme depuis Tamanrasset : « La priorité aujourd’hui est d’aller vers un dialogue productif pour sortir de la crise »

0
545

 

 

Depuis Tamanrasset où il effectue une visite de travail et d’inspection dans la 6ème région militaire, Le Général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’Etat-major de l’ANP, a affirmé hier que « la priorité aujourd’hui est que chacun de nous croit en l’importance d’aller vers un dialogue productif qui permet de faire sortir notre pays de cette phase, relativement complexe, qu’il traverse et assure ainsi la voie vers la tenue des prochaines élections dans les plus brefs délais possibles, loin de périodes de transition aux conséquences incertaines, car l’Algérie ne peut supporter davantage de retard et de procrastination ».

« La priorité aujourd’hui, et je le redis instamment encore une fois, est que chacun de nous croit en l’importance d’aller vers un dialogue productif qui permet de faire sortir notre pays de cette phase, relativement complexe, qu’il traverse et assure ainsi la voie vers la tenue des prochaines élections dans les plus brefs délais possible, loin, et je le dis, de périodes de transition aux conséquences incertaines, car l’Algérie ne peut supporter davantage de retard et de procrastination. La solution est entre les mains des Algériens fidèles à leur patrie et c’est eux qui trouveront la solution à travers, je le répète, le dialogue qui mène à un consensus et un compromis sur l’impératif de l’organisation des élections présidentielles, le plutôt possible. Il n’y a aucune raison de continuer à perdre du temps, car le temps est précieux et il n’y a pas moyen de le gâcher dans des discussions stériles loin du véritable dialogue sincère et constructif. Rien n’est impossible et l’Algérie attend une sortie légale et constitutionnelle qui la prémunira contre toute forme d’exacerbation de la situation », a-t-il soutenu. Partant de ce principe, « nous considérons que l’axe principal autour duquel il y a lieu de fédérer les efforts des bonnes volontés parmi les enfants de l’Algérie, est l’axe du dialogue franc qui fait des revendications populaires, aussi nombreuses que concrètes, acquises jusque-là, sa base fondamentale et sa rampe de lancement. Il y a lieu de faire du dialogue un projet civilisationnel qui tiendra lieu de culture répandue parmi les enfants de la même patrie. Il est certain que les contours de la feuille de route de ce dialogue se préciseront davantage à travers le sérieux et la rationalité des initiatives, et à travers la recherche sérieuse des solutions idoines à cette crise qui perdure, dans les plus brefs délais », a-t-il souligné, ajoutant que « les personnalités et les élites nationales » à un dialogue « sincère et objectif » pour résoudre la crise que vit le pays à travers des « concessions réciproques ». Ce dialogue est « la seule voie qui permettra au pays de sortir de la crise qu’il traverse », a estimé Gaïd Salah au cours d’une rencontre d’orientation avec les cadres et les personnels da la 6eme région (Tamanrasset) diffusée par visioconférence à l’ensemble des unités de la Région. Pour le chef d’état-major « l’unique voie » permettant de sortir de la crise que traverse notre pays, est d’adopter un dialogue sérieux, sincère, réaliste, constructif et clairvoyant, qui place l’Algérie au-dessus de toute considération ». Car ce dialogue, argue-t-il, « signifie la disponibilité de tous à s’entendre et s’écouter mutuellement, avec pondération, sérénité, engagement et une aspiration sincère vers la nécessité, voire l’impératif, de trouver les solutions idoines sans délai ». Gaïd Salah en appelle à « toutes les parties » afin qu’elles fassent « preuve de responsabilité à faire du dialogue la bouée de sauvetage de la patrie », et « tirer les enseignements des expériences et des évènements tragiques passés, où la raison était absente, et dont l’unique perdant était la patrie ». Dans ce dialogue « auquel les personnalités et les élites nationales, fidèles à la nation et à son intérêt suprême sacré, doivent participer », il « sera question de l’évaluation des circonstances que vit le pays et de concessions réciproques pour le bien du pays ». C’est ainsi, conclut-il, « que l’on outrepasse les divergences entre les différents avis, ou du moins on réduit les écarts entre les points de vue contradictoires et contrastés, sachant que rien ne s’élève au-dessus de l’intérêt de notre pays ». Lors de sa dernière visite à la 4ème Région militaire à Ouargla, le général de corps d’Armée avait tenu à répondre à ses détracteurs, en affirmant qu’il n’avait « aucune ambition politique mis à part servir notre pays ». « A cet égard, je me suis engagé personnellement à maintes reprises, devant Allah et devant la patrie et l’histoire, et c’est là un engagement solennel auquel je ne renoncerai jamais, par respect à la Constitution et aux lois républicaines, à l’instar de ce serment que j’ai pris devant les chouhada de la Glorieuse Révolution de Libération, ces braves qui ont suivi la voie juste et sont tombés en martyrs pour elle », a-t-il souligné, assurant que « c’est sur cette voie que nous marchons aujourd’hui avec fidélité et sincérité et œuvrons au sein de l’ANP et continuerons d’œuvrer, avec l’aide d’Allah, avec honnêteté à accompagner le peuple algérien, de manière rationnelle, sincère et franche, dans ses marches pacifiques et matures, ainsi que les efforts des institutions de l’Etat et de l’appareil de justice ». Et d’enchainer  en affirmant: « Que tout le monde sache que nous nous sommes engagés à maintes reprises et en toute clarté que nous n’avons aucune ambition politique mis à part servir notre pays conformément à nos missions constitutionnelles et le voir prospère et en sécurité ». Le général de corps d’Armée a affirmé, en outre, qu’assumer et accomplir la responsabilité « quelque soit son niveau et par n’importe quel individu, et de manière honnête, doit être soumise en premier lieu au paramètre de la conscience claire et vive, et du sens du devoir envers la patrie et le peuple. Nous avons affirmé à maintes reprises que la responsabilité est un poids que ceux qui le portent doivent l’assumer devant Allah, devant leur patrie et eux-mêmes, tout au long de la période de l’accomplissement de leurs missions, conformément aux prérogatives qui leur sont assignées par la loi, et ce, en toute intégrité, fidélité et loyauté envers le serment », a-t-il souligné. Il a ajouté que « ces prérogatives dont ils ne peuvent en dévier, en aucun cas et se doivent d’œuvrer à exécuter leur devoir, sans négligence ni pressions en veillant à respecter les exigences de la hiérarchie fonctionnelle, et faire aboutir leurs actions de manière convenable et de faire en sorte que leur parcours professionnel soit caractérisé par une bonne performance ». D’autre part, Gaid Salah a indiqué que « la libération de la justice de toutes les formes de contraintes, de diktats et de pression, lui a permis d’exercer ses missions en toute liberté et d’assainir le pays de la corruption et des prédateurs ». Et d’ajouter : « Parmi ces facteurs que nous sommes certains qu’ils offrent tous les signes de satisfaction chez les citoyens, la libération de la justice de toutes les formes de contraintes, de diktats et de pression, ce qui lui a permis d’exercer ses missions en toute liberté, de couvrir la plaie et d’assainir le pays de la corruption et des prédateurs ». Il a relevé que « cependant, les porte-voix et les apôtres de la bande tentent de saborder cette noble démarche par la désinformation de l’opinion publique nationale et prétendre que le jugement des corrupteurs ne constitue pas une priorité, mais il y a lieu de le sursoir jusqu’à l’élection d’un nouveau Président de la République qui se chargera de juger ces prédateurs ». L’objectif réel derrière cela, dira-t-il, « est d’essayer par tous les moyens d’entraver cette démarche nationale majeure, afin de permettre aux têtes de la bande et à leurs acolytes de se soustraire et de s’échapper de l’emprise de la justice ». Pour cela, elle « a essayé d’imposer sa présence et ses desseins, toutefois les efforts de l’ANP et de son commandement novembriste, étaient aux aguets et ont mis en échec ces complots et conspirations, grâce à la sagesse, la clairvoyance et la perception profonde du déroulement des évènements et l’anticipation de leur évolution », a fait observer le général de corps d’Armée. Il a réitéré, par la même occasion, son engagement personnel auquel il « ne renoncera jamais, à accompagner le peuple algérien, de manière rationnelle, sincère et franche, dans ses marches pacifiques et matures, ainsi que les efforts des institutions de l’Etat et de l’appareil de justice ».

T. Benslimane