Hadj 2017: «Le coût ne dépassera pas 500.000 DA», affirme Mohamed Aïssa

0
1337

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a affirmé, hier, que le coût du Hadj 2017 ne dépassera pas les 500.000 DA, après validation du président de la République. Mohamed Aïssa a précisé que cette somme comprend toutes les charges y compris celles des tentes climatisées, des hôtels près des Lieux de culte (moins de 900 mètres de la Kaâba), des bus neufs pour le transport des pèlerins de la Mecque à Arafat, ainsi que des tentes VIP qui seront mises à la disposition de tous les hadjis algériens à Arafat. Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a affirmé, mardi à Alger, que son département ministériel a entamé les préparatifs du Hadj 2017 le mois de janvier dernier. Il a insisté sur l’importance «d’être sur le terrain pour choisir les lieux de résidence des hadjis algériens et régler les questions inhérentes au transport et à la restauration». Pour ce qui est du quota des hadjis algériens, la décision de récupération par l’Algérie de son précédent quota pour le hadj est intervenue à l’issue d’une rencontre, qui a eu lieu à la mi-février en Arabie saoudite, entre le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, et son homologue saoudien, Mohamed Salah Ben Tahar Benten. Le quota de l’Algérie avait été réduit à 28.800 hadjis au cours des dernières années en raison des travaux d’extension au niveau de la Grande-Mosquée de la Mecque.