26.9 C
New York
mardi, janvier 25, 2022

Histoire

Le documentaire «17 octobre 1961, un crime d’Etat» présenté à Alger

Le long métrage documentaire 17 octobre, un crime d’Etat du réalisateur  Ramdane Rahmouni, mettant en lumière un des crimes coloniaux commis durant la guerre de libération, a été projeté samedi au public de la cinémathèque d’Alger. Produit par le Centre national d’études et de recherches sur le Mouvement national et la Révolution du 1er Novembre 1954, ce documentaire de 51 mn revisite ce sinistre évènement à travers des témoignages d’historiens, militants et témoins de ce crime colonial commis à Paris durant la Guerre de Libération nationale. Ali Haroun, Ancien membre du Conseil fédéral de la Fédération de France du FLN, estime que le nombre de morts lors de ces manifestations est de minimum «200» manifestants jetés dans la Seine ou tués. Or, dit-il, certains pensent que le nombre de victimes s’élève à «400», compte tenu des militants arrêtés lors de cette manifestation et transférés, par la suite, en Algérie pour être mis dans des camps d’internement». Il souligne également que le décompte des victimes est établi sur la base des rapports reçus dans la semaine et la quinzaine qui a suivi la manifestation. De son côté, l’historien et militant politique français, Jean-Luc Einaudi (disparu en 2014) a qualifié le massacre du 17 octobre 1961 de «volonté de vengeance envers une population repérée en fonction de l’apparence physique et de l’idée que les policiers se faisaient sur les Algériens». Soulignant que de nombreux corps n’étaient pas identifiés, l’historien relève que les archives (presse, police, justice et autres) donnent un chiffre d’au moins 400 Algériens massacrés lors de la manifestation du 17 octobre 1961. Intervenant également dans ce documentaire, le moudjahid Mohand Akli Benyounès, responsable de la Fédération de France du FLN, a affirmé que la manifestation du 17 octobre 1961 à Paris était une action pacifique qui a démontré la détermination du peuple algérien à recouvrer son indépendance, soulignant que «toutes les provocations lors de cette manifestation venaient de la police». Mohammed Ghafir, moudjahid et ancien membre de cette structure du FLN basée en France, revisite cet évènement à travers le travail fait en France par la Fédération pour préparer cette manifestation en soutien au combat armé contre l’occupation française.

Le documentaire fait parler également des témoins de cette manifestation qui se rappellent encore cette journée funeste et surtout des exactions de la police aux ordres du préfet Maurice Papon. «J’ai entendu des coups de feu et vu des accrochages entre forces de l’ordre et manifestants, violement réprimés par des policiers déchaînés des manifestants vivants ont été jetés dans la Seine», a témoigné un manifestant. Illustré de photos et de documents d’archives de presse, le documentaire donne la parole à d’autres membres de la Fédération du FLN, aux côtés de militants, écrivains et journalistes qui ont vécu cet évènement historique, réprimé dans le sang. La cinémathèque algérienne propose la projection de films documentaires sur les massacres du 17 octobre 1961 à l’occasion de la commémoration de ce crime colonial commis à Paris durant la Guerre de Libération nationale. Le silence du fleuve (1991) de Mehdi Lallaoui, Ici on noie les Algériens de Yasmina Adi ou encore Octobre à Paris de Jacques Panijel, comptent parmi les documentaires proposés au public.

M. Toumi /  Ag.

Article précédentComment prévenir l’hypertension
Article suivantCoupes africaines
ARTICLES SIMILAIRES

Du même auteur

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -

ARTICLES POPULAIRES