Kamal Djanouhat à la Chaîne 3 de la Radio Algérienne : «La survenue d’une troisième vague du Covid-19 n’est pas à écarter»

0
214

Alors que les premières opérations de vaccination contre la Covid-19 sont annoncées pour débuter dans le courant du mois de janvier 2021, le choix du ou des vaccins finalement retenus n’a toujours pas été effectué.

Intervenant, hier,  à l’émission L’Invité de la rédaction de la Chaîne 3 de la Radio Algérienne, l’immunologue Kamal Djanouhat explique que ce choix dépend de plusieurs critères énoncés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), parmi lesquels il met en avant leur efficacité maximum et leur faculté à ne pas provoquer d’effets secondaires sévères. Pour lui, le handicap majeur est représenté par l’extrême difficulté pour les pays dotés de peu de moyens d’acquérir des équipements pour conserver ces vaccins à de très basses températures. L’autre difficulté, et non des moindres, ajoute-t-il, est relative à la question des prix de ces derniers.

À propos de ce dernier point, le président de la Société algérienne d’immunologie et chef du laboratoire central de l’hôpital de Rouiba considère «logique», pour l’Algérie, d’opter pour des vaccins pouvant se conserver à des températures plus élevées que celles de moins 60 à moins 70 degrés, produits, notamment, par la Russie, la Chine et le Royaume-Uni. Parmi les autres facteurs, il signale ceux relatifs aux prix de ces traitements, ainsi qu’à la disponibilité immédiate de la quantité souhaitée. De l’évolution de la pandémie de la Covid en Algérie, le professeur Djanouhat déclare que les experts en immunologie et épidémiologie s’attendaient à ce que celle-ci disparaisse, durant ou après l’été, ce qui n’a pas été le cas.

Il relève, toutefois, avec satisfaction, qu’après la première et seconde phase, le nombre de lits occupés dans les hôpitaux avoisine les 30%, prévenant que le pays est toujours sous la menace d’une 3e vague, et donc, souligne-t-il, que la vaccination reste incontournable» pour permettre un pourcentage de 70% d’immunité de collective des citoyens. Afin d’inciter les Algériens à aller se faire vacciner, l’invité annonce que va être institué un passeport vaccinal, un document que ceux-ci devraient impérativement présenter pour pouvoir pénétrer dans certains espaces publics ou bien voyager par voie aérienne. Interrogé de savoir si les mutations observées récemment sur coronavirus étaient à même de remettre en cause la fiabilité des vaccins déjà mis au point, cet immunologiste relève que les experts travaillant sur cette question devraient fournir une réponse «d’ici quelques jours». De l’éventualité de survenue d’une troisième vague du virus, il signale qu’elle pourrait se manifester à «n’importe quel moment», d’où la nécessité, indique-t-il, de ne pas relâcher les mesures préventives, appelant, en ce sens, les autorités à «rester fermes».

  1. R.A.