Le Premier ministre s’exprime sur la retraite anticipée : «Le gouvernement n’a plus le choix, la CNR est dans le rouge»

0
1245

CNRLe Premier ministre, Abdelmalek Sellal, est catégorique  «la retraite anticipée : c’est terminée» et  explique que le gouvernement n’a plus le choix: c’est l’un ou l’autre! En effet, Abdelmalek Sellal qui a inauguré, hier après-midi au Palais des expositions (Pins Maritimes, Alger), le 21e Salon international du livre d’Alger (Sila) en a profité pour lancer des messages d’apaisement au front social qui est en pleine ébullition. D’emblée, il fait savoir que le gouvernement ne reculera pas dans sa décision de suppression de la retraite anticipée. «Ce n’est pas deux ans de plus qui vont faire mal aux travailleurs», a-t-il lancé non sans expliquer que, par contre, ces deux ans de moins vont faire mal au pays et par ricochet aux travailleurs. «Notre objectif est de sauver les postes d’emplois. Si la situation reste comme elle est, on sera obligé de supprimer des postes d’emplois», a-t-il fait savoir avant de donner plus d’explications. «La Caisse nationale des retraites (CNR) est dans le rouge depuis trois ans. C’est l’Etat qui est venu à son secours, mais on n’a plus les moyens de renflouer ses caisses. La retraite anticipée risque d’emporter tout le système de retraite et même des postes d’emplois avec», fait-il savoir. «La retraite anticipée a été instaurée dans les années 1990, la conjoncture était tout autre. Il s’agit d’une disposition décidée dans le cadre des réformes structurelles imposées par le Fonds monétaire international (FMI) à l’Algérie dans les années 1990, pour atténuer les effets de la crise économique», a-t-il rappelé. «Mais il faut savoir qu’à l’époque, on avait sept travailleurs pour un retraité. Aujourd’hui, ils sont moins de trois à cotiser pour chaque pensionné», a-t-il poursuivi pour montrer le casse-tête du financement du système de retraite avec un nombre de cotisants qui est largement en baisse. Pour Sellal donc, on n’a plus le choix pour sauver nos emplois et notre retraite future.

T.S.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here