Les marges bénéficiaires des pharmacies privées reculent à 12%: Le SNAPO et Novonordisk trouvent un terrain d’entente

0
125

Le syndicat national algérien des pharmaciens d’officine (SNAPO) sort de son silence, après la décision de certains laboratoires spécialisés dans la production de médicaments de revoir leurs prix, cela a conduit les marges bénéficiaires des pharmaciens à enregistrer une baisse de 12%.

À cet égard, le Syndicat a appelé à un réexamen de ces décisions et au strict respect des marges fixées par la réglementation applicable, définie par le décret exécutif 98-44 du 1er février 1998. Le SNAPO a condamné la décision de certains fabricants de produits pharmaceutiques de revoir leurs prix en hausse, affirmant que plusieurs laboratoires ne respectent pas les marges bénéficiaires dues aux pharmaciens telles que spécifiées dans le décret exécutif. Dans un premier temps, la marge du pharmacien a été réduite à 16%, avant d’être réduite à 12%, en fin du mois de mars dernier, auquel il s’oppose à la réglementation en vigueur des marges bénéficiaires déterminées par la loi. De ce fait, le représentant national des pharmaciens privés, Zefezif Abdelhak, a mis en garde contre ces changements, tout en soulignant que les pharmaciens sont désormais exposés à de graves préjudices à cause de ces pratiques, notant dans le contexte son rôle continu pour assurer l’importation du produit et sa disponibilité au prix résultant des procédures établies par l’Etat et de la valeur contractuelle de la monnaie nationale. Zefezif explique que l’Etat est le seul garant de la légalité des prix et de leur conformité et la façon, dont il s’est développé ou modifié. Concernant les résultats de cette baisse, le responsable a expliqué qu’une diminution de la marge détruit simplement cette activité qui fait face à de grandes difficultés pour préserver sa pérennité, surtout à la lumière de l’émergence des médicaments génériques ces dernières années, dont le nombre augmente chaque année. Dans ce contexte, le Syndicat a déposé une plainte auprès des ministères de l’Industrie pharmaceutique et du Commerce contre le laboratoire pharmaceutique concerné qui a procédé à revoir la marge bénéficiaire des pharmaciens d’une manière illégale, vu que cela a directement entraîné une baisse des marges bénéficiaires et une baisse des revenus des pharmaciens par rapport aux années précédentes. De son côté, la société de laboratoire «Novonordisk» en Algérie a justifié la raison de la révision des prix par la dépréciation du dinar par rapport à la monnaie forte, ce qui a eu un impact négatif sur la marge bénéficiaire de ses produits. À la suite de ce désaccord, et après la réactivité «du ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed, «qui est intervenu personnellement, suite à la requête qui lui a été adressée par le SNAPO, pour faire respecter l’application des marges, qui reviennent de droit au pharmacien, dans le respect des protocoles et procédures réglementaires instaurées par l’Etat», un accord SNAPO-Novonordisk a été trouvé entre les deux parties pour une marge des pharmaciens à 20%. La marge des pharmaciens sera désormais rétablie à son niveau réglementaire, à savoir 20%, conformément à la réglementation en vigueur», a annoncé le SNAPO en précisant que le bureau national du syndicat a eu des contacts avec les responsables nationaux des laboratoires Novonordisk qui s’est engagé à compenser les pharmaciens sur le plan financier par rapport aux ventes effectuées avec une marge inférieure à 20%.

  1. W. Benchabane