Les opérations caritatives se multiplient en ce début du mois sacré: Une solidarité agissante envers les nécessiteux et les démunis

0
237

En ce début du mois sacré du Ramadhan, de larges opérations de solidarité au profit des familles nécessiteuses et les catégories les plus démunies ont été lancées par de nombreuses  associations caritatives actives à travers plusieurs wilayas du pays, au titre du soutien des efforts des autorités locales de prise en charge de cette catégorie sociale.

En effet, les associations caritatives, au même titre que de nombreux groupes de jeunes bénévoles se lancent, chaque année, dans une véritable compétition, dont l’enjeu est la distribution du plus grand nombre possible de colis alimentaires offerts gracieusement par les bienfaiteurs, au profit des familles nécessiteuses de la région. Une initiative constituant un réel soutien aux efforts locaux de prise en charge des catégories aux revenus faibles. À ce titre, l’exemple de la wilaya de Blida est édifiant à plus d’un titre où l’opération de versement de la prime du Ramadhan, fixée à 10 000 DA ayant ciblé, cette année, 94 939 familles, a été parachevée avant le mois sacré, en vue de permettre aux familles bénéficiaires d’acquérir leurs besoins. La direction des Affaires religieuses et de la wilaya a, pour sa part, lancé une opération de distribution de 5000 colis alimentaires aux familles nécessiteuses avec l’objectif de distribution de 30 000 colis alimentaires d’ici la fin du mois sacré, avec la programmation d’une opération de distribution des vêtements de l’Aïd au profit des enfants de ces familles nécessiteuses, à partir de la deuxième moitié du mois sacré. Outre ces aides en nature, la direction des affaires religieuses a, également, procédé avant le mois de jeûne au versement d’aides financières, au profit de 2400 familles, dans le cadre des opérations de solidarité du Fonds de la zakat. Toujours au titre des opérations solidarité, il a été procédé à l’ouverture de six restaurants de la Rahma au profit des nécessiteux, les sans-abri, et autres personnes de passage.

La section locale du Croissant-Rouge algérien (CRA) a, également, procédé, comme à son habitude durant chaque mois de Ramadhan, à l’ouverture d’un restaurant de la Rahma au niveau de son siège du centre-ville de Blida, parallèlement à la distribution de repas chauds aux familles et personnes dans le besoin. Les associations caritatives actives se sont également lancées dans la distribution de colis alimentaires avant l’avènement du mois sacré. Il a été ainsi procédé à la distribution de 20 000 colis alimentaires, dans l’attente de la distribution de plus de 10 000 tenues pour l’Aïd, aux orphelins, mais également à ceux des zones d’ombre, au titre des efforts d’ancrage de la culture de solidarité sociale entre différentes wilayas du pays. Pour assurer une meilleure efficacité au travail, des groupes de jeunes bénévoles ont décidé de s’organiser en associations et groupes caritatifs qui organiseront, durant ce Ramadhan, une table de f’tour quotidienne. Selon le jeune Mohamed Lamine Zerrouk, cette opération ciblera les usagers de l’autoroute, qui ne pourront pas regagner leurs foyers à l’heure de l’iftar, dont notamment ceux résidant dans des wilayas lointaines. Le jeune Abdelkrim Ould Slimane fait, également, partie des figures de proue du mouvement caritatif et jouit d’une grande confiance des bienfaiteurs et de la population en général. Il a fait part de l’entame de la distribution de 600 colis alimentaires à des familles nécessiteuses, recensées par des personnes de confiance, et avec l’implication des bienfaiteurs, dans le but de conférer transparence et crédibilité à cette action. Pour rappel, le ministre du Commerce, Kamel Rezig, avait tenu à rassurer les citoyens quant à la disponibilité des produits de large consommation durant le mois de Ramadhan, précisant que les secteurs concernés avaient pris les mesures nécessaires pour assurer la disponibilité de ces produits sur le marché national. Il a relevé, à ce propos, que 1,6 million de tonnes de fruits et légumes, 24 000 tonnes de sucre et 25 000 tonnes d’huile devraient être mises sur le marché durant le mois sacré. Il avait écarté une augmentation des prix des produits subventionnés ou plafonnés, à l’exception de certains «cas isolés», citant le décret exécutif  16-87 du 1er mars 2016 fixant le prix plafond au consommateur ainsi que les marges plafondes à la production, à l’importation et à la distribution aux stades de gros et de détail de l’huile alimentaire raffinée ordinaire et du sucre blanc. S’agissant des prix des fruits et légumes, il a précisé que les prix des produits hors saison sont plus élevés que ceux de saison de récolte. M. Rezig a réaffirmé que la préservation du caractère social de l’Etat est un droit garanti par la Constitution, d’autant que la valeur financière destinée à la subvention publique a été portée à 17 milliards de dollars dans le cadre de la Loi de Finances 2021, conformément aux orientations du président de la République. La subvention doit être accordée aux catégories réellement dans le besoin, a-t-il souligné, précisant que cette subvention devrait être revue dans le cadre d’une commission sectorielle au niveau du ministère des Finances. Concernant les commerçants spéculateurs, le ministre a indiqué que des équipes mixtes de contrôle sont mobilisées (commerce, Sûreté nationale et autres départements ministériels) et organisent des sorties sur le terrain pour contrôler les stocks de manière à faire face à toutes les formes de monopole et de spéculation sur le marché et infliger les sanctions maximales aux contrevenants pouvant aller jusqu’aux poursuites judiciaires, la radiation du registre de commerce et la suspension de l’activité pour une durée de deux ans. Le secteur a réalisé, cette année, une cartographie des entrepôts de stockage à travers les wilayas qui permet aux services de contrôle du secteur, de la Sûreté et de la Gendarmerie d’intervenir dans n’importe quel centre non indiqué sur cette cartographie et d’injecter leurs stocks dans les centres et marchés, en cas de spéculation. Il compte 20 000 agents de contrôle répartis à travers plusieurs secteurs, dont 9000 agents dans le secteur du commerce chargés du contrôle, notamment durant le mois sacré du Ramadhan. Il a recensé lors de l’année 2020, 1,6 million opérations de contrôle, en sus de 300 000 autres opérations depuis janvier 2021. Le ministre a, par ailleurs, fait état du lancement pour la première fois, de l’opération de vente au rabais et de vente promotionnelle à titre exceptionnel au cours du mois de Ramadhan, en sus des foires commerciales dédiées à la vente directe du vendeur au consommateur, à travers toutes les wilayas, en coordination avec les walis et les secteurs partenaires. Les marchés de gros et de détail devront travailler les week-ends jusqu’à la fin du mois de Ramadhan. Concernant l’opération de facturation, le ministre a fait état de l’existence d’une commission au ministère, laquelle œuvre, en collaboration avec les autres secteurs, à l’édification d’une stratégie réaliste et consensuelle entre les parties prenantes, dans le but d’ériger la facturation en une partie intégrante de l’opération commerciale au cours des prochaines années.

  1. Benslimane