Ligue 1: La Coupe de la Ligue, une compétition de trop ?

0
203

Les observateurs s’interrogent sur la nécessité d’organiser  la Coupe de la Ligue dans une saison exceptionnellement longue et qui pourrait aller au-delà du mois d’août prochain.

Les motivations de la LNF pour justifier sa tenue, cette année, afin de combler l’annulation de la Coupe d’Algérie, pour cause de pandémie, n’ont pas convaincu grand-monde, a fortiori les acteurs du ballon rond. Ces derniers se plaignent déjà d’un calendrier très chargé, sachant que, cette année, le championnat a démarré très tardivement. Il y a lieu de penser que les décideurs ne prennent pas assez le temps pour réfléchir de ce qui est utile pour les clubs et de ce qui ne l’est pas. Cette compétition est une lubie de la Ligue à laquelle personne n’adhère vraiment. Une coupe qui a été déjà organisée par le passé, mais qui n’a pas réussi à mobiliser la ferveur des fans, ni celle des annonceurs. Cette année encore plus, car elle ne concerne que les équipes de l’élite. Pourra-t-on plus tard se targuer d’avoir remporté ce trophée sans intérêt ? D’ailleurs, il ne pourra pas vraiment compter dans le palmarès d’un club, du moment que la Coupe de la Ligue ne sera vraisemblablement pas reconduite les saisons à venir. Elle aura néanmoins le mérite de qualifier son vainqueur à la prochaine coupe de la CAF. C’est le seul enjeu derrière cette compétition à la durée de vie très limitée. A chaque fois, on essaye de la ressusciter, mais elle finit toujours par sombrer dans l’oubli. Il semble que c’est son destin chez nous, alors qu’ailleurs, elle est entrée dans les mœurs et fait partie intégrante du calendrier. Elle reste néanmoins la compétition la moins valorisée comparativement au championnat et la Coupe. Il s’agit généralement d’une épreuve qui permet aux joueurs, notamment les jeunes, ayant un temps de jeu réduit, de faire leurs preuves ou d’attirer l’attention de leurs entraîneurs. En temps «normal», elle aurait été bénéfique, à condition qu’elle soit tenue régulièrement, mais cette saison, la Coupe de la Ligue est plus un boulet que les clubs de la Ligue 1 doivent traîner derrière eux. Il s’agit de cinq dates qu’il faudra caler dans un calendrier surchargé et loin d’être établi. Pour le moment, la Ligue programme les journées au goutte-à-goutte, car elle n’a aucune emprise sur le futur. Avec la qualification du MCA et du CRB aux quarts de finale de la Ligue des champions en attendant le sort de la JSK et l’ESS en Coupe de la Ligue 1, toute projection s’avère hasardeuse, voire inutile. Le calendrier ne sera pas fixé de sitôt. Aussi, la Ligue continuera à naviguer à vue, programmant des matchs par-ci, par-là, faute de mieux. Ainsi, ont toujours fonctionné les instances sportives chez nous. L’improvisation et le bricolage sont toujours de mise, jusqu’à preuve du contraire.

Ali Nezlioui