Ligue 1 Mobilis: C’est l’emballage final !

0
633

 

Le championnat de la Ligue 1 Mobilis entame à partir de ce samedi sa dernière ligne droite avec la programmation des quatre dernières journées en un laps de temps très court.

Visiblement, la Ligue nationale de football, pour rattraper le retard, a décidé d’engoncer les journées les unes après les autres pour ne pas chevaucher sur la préparation des Verts pour la CAN prévue au mois de juin prochain. Autant alors « liquider » la compétition en 15 jours, puisque les journées du championnat vont se succéder à un rythme infernal en ce mois sacré du Ramadhan. Elle a eu néanmoins la bonne idée de programmer la 27e journée, ce samedi, en soirée, hormis le match NAHD- ESS à cause de la défection de l’éclairage au stade du 20-Août. Il est vrai qu’enchainer les matches en période de jeûne n’est pas une sinécure pour les joueurs surtout s’ils ont lieu en diurne. Pour une fois, la LNF a pensé à la santé des joueurs. Elle devrait le faire même pour les journées à venir, en se montrant plus souple et ne pas se borner à appliquer bêtement la réglementation qui consiste à faire jouer tous les matches à la même heure, lors des dernières journées du championnat. En cette fin de saison des plus ouvertes tant en haut du tableau que dans la lutte pour le maintien, le principal souhait des observateurs est que tout le monde joue le jeu jusqu’à la dernière minute. Nos équipes devraient en ce sens s’inspirer de leurs homologues européens qui se donnent à fond, même s’ils n’ont rien à gagner ou à perdre. On a pu voir dernièrement Leicester, qui est classé dans le ventre mou du classement de la Premier League, comment elle a donné du fil à retordre au leader Man City. Les Foxes ont vendu chèrement leur peau, s’inclinant difficilement sur la plus petite des marges à Manchester. Ils sont tombés les armes à la main, on avait même l’impression que ce sont eux qui disputaient le titre aux Citizens. C’est le même cas pour Liverpool qui est allé chercher la victoire avec ses tripes à Newcastle. On ne se fait pas de cadeau à ce niveau. Ce qui valorise complètement la compétition. Une culture qui manque cruellement chez nous. On a malheureusement inversé l’échelle des valeurs au point où il est devenu normal et tout à fait acceptable par l’opinion sportive qu’une équipe qui ne joue rien lève le pied consciemment ou inconsciemment face à un adversaire concerné par le titre ou par le relégation, faussant ainsi la compétition. C’est cet état d’esprit malsain et l’absence de l’amour du maillot chez les joueurs, mais aussi chez les dirigeants véreux qui ont engendré la corruption dans le football à tous les paliers et à ciel ouvert. Aujourd’hui, le phénomène a atteint des proportions insoupçonnables. Tout se vend et tout s’achète dans ce milieu. C’est même devenu au plus offrant. L’on se demande dès lors comment on peut fêter un titre acquis malhonnêtement, à moins de ne pas avoir une conscience et d’être un tricheur dans l’âme.

Ali Nezlioui