Ligue 1 Mobilis: Le titre tend les bras à l’USMA

0
584

 

Même si ce n’est pas encore la décantation, on voit néanmoins un peu plus clair que ce soit dans la course au titre ou bien dans la lutte pour le maintien en Ligue 1 Mobilis.

Comme on pouvait s’y attendre, la 27e journée disputée en soirée ramadhanesque ce samedi, a été riche en enseignements. Le premier constat que l’on pourrait faire, est le pas de géant accompli par l’USMA vers le titre. Les Usmistes ressuscitent suite à leur pénible, mais ô combien précieux succès aux dépens de l’O Médéa, après une longue disette qui a semé le doute dans le groupe. Cette victoire est en effet inestimable, car non seulement elle permet aux Rouge et Noir de reprendre une confortable avance sur ses deux poursuivants à trois journées de la fin, mais surtout elle redonne confiance à des joueurs qui ont connu des moments difficiles ces dernières semaines sur et en dehors du terrain. Un grand soulagement se lisait  sur le visage des joueurs usmistes au coup de sifflet final de l’arbitre. Ils n’on pas manqué par ailleurs de fêter ce succès en communion avec leurs fans. C’était une véritable délivrance pour eux. Ce rendez-vous revêtait une grande importance pour les poulains de Kebir qui avaient auparavant grillé tous leurs jokers. Contre Médéa, c’était la victoire ou la déchéance d’où cette fébrilité avec laquelle ils ont entamé la rencontre concédant un but sur une erreur monumentale de leur gardien Berrefane visiblement en manque de compétition. Les Rouge et Noir ont eu néanmoins les ressources pour réagir grâce notamment à leur duo de charme Benguit et Ellafi qui ont fait la différence. Au-delà de l’importance du résultat obtenu, c’est tout le groupe qui s’est retrouvé à l’occasion de cette rencontre. C’est de bon augure pour la suite, surtout que les poursuivants ont calé. A commencer par le Paradou qui s’est incliné à Bejaïa face au MOB. Malgré leur talent et leur science du jeu, les jeunes pacistes sont encore un peu frêles pour supporter la pression en dehors de leur base. C’est probablement leur talon d’Achille. Quant à la JSK, elle a montré ses limites à Constantine en concédant une défaite méritée devant les Sanafir. «Je suis déçu par le rendement des joueurs. Aujourd’hui, ils sont complètement passés à côté. Ce n’est pas le visage que l’équipe a montré lors du dernier match face au MCO. Pourtant on a mis tous les moyens pour bien préparer le match », a confié le président du club, Cherif Mellal tout en déclarant que rien n’est encore joué pour le titre. «Il reste encore trois matchs à jouer, soit un total de neuf points en jeu. Nous allons jouer à fond ces trois dernières rencontres, il ne faut pas baisser les bras ». Toutefois, la tâche des Canaris se complique davantage. Avec six points de retard, ils n’ont plus leur destin entre les mains. Ils doivent impérativement battre l’USMA par deux buts d’écart lors de la prochaine rencontre et espérer un autre faux pas des Rouge et Noir. Cela pour le titre. Pour ce qui est la féroce lutte pour le maintien, elle concerne désormais six équipes pour trois places en enfer. Il s’agit du DRBT, l’ASAM, le MCO, le MOB, l’USMBA et l’OM. Rien n’est encore joué entre ces formations qui se tiennent dans un mouchoir. Deux points seulement séparent le onzième Tadjenanet, de la lanterne rouge, Médéa. Ça promet des empoignades acharnés jusqu’à l’ultime journée du championnat…

Ali Nezlioui