Lutte contre le Coronavirus: Le gouvernement appelle l’ensemble des citoyens à plus d’engagement et de responsabilité

0
273

Le gouvernement vient, une fois encore, de lancer un appel à l’ensemble des citoyens à davantage d’engagement et de responsabilité pour soutenir l’effort national de lutte contre l’épidémie du Covid-19 par la vaccination et la poursuite du respect des gestes barrières et des protocoles sanitaires qui feront l’objet d’un contrôle rigoureux par les services habilités, en particulier pour ce qui est de l’exigence du port obligatoire du masque de protection.

Ces mesures, qui interviennent en application des instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et au terme des consultations avec le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus et l’autorité sanitaire, s’inscrivent toujours dans l’objectif de préserver la santé des citoyens et les prémunir contre tout risque de propagation du virus. Ces mesures visent, au regard de la situation épidémiologique, à reconduire le dispositif actuel de protection et de prévention à la faveur de la relative stabilisation de la situation épidémiologique. A cet effet, le gouvernement a pris une série de mesures d’allégement du dispositif de gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du Coronavirus qui se sont traduites notamment par la levée des restrictions sur la mobilité des personnes, sur les rassemblements de personnes et regroupements familiaux et les activités commerciales, économiques et sociales. Ces mesures d’assouplissement devaient être accompagnées par la poursuite, de manière rigoureuse, du respect par les citoyens des gestes barrières, notamment le port obligatoire du masque et l’observation des règles d’hygiène ainsi que l’application stricte des différents protocoles sanitaires adoptés par le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie et dédiés aux différentes activités économiques, commerciales et sociales. Elles devaient être également soutenues par l’intensification des opérations de vaccination de la population, qui demeure le meilleur moyen de prévention et de protection des citoyens et de la société en général et l’élément essentiel concourant à la normalisation de la situation et au maintien des activités économiques et sociales. Cependant et malgré la disponibilité du vaccin, la vaccination s’effectue à un faible rythme, au moment où la situation épidémiologique, dans beaucoup de régions dans le monde, connaît une nouvelle vague de la pandémie, voire un inquiétant rebond aggravé par l’apparition du nouveau variant Omicron qui préoccupe aujourd’hui la communauté scientifique au plus haut degré. A ce titre, le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie et l’autorité sanitaire recommandent, avec insistance, l’extrême vigilance des citoyens qui doivent éviter tout relâchement à l’égard du respect des gestes barrières et des différents protocoles sanitaires dédiés aux différentes activités économiques, commerciales et sociales. Ils réitèrent leur appel en direction des citoyennes et des citoyens non encore vaccinés à l’effet de participer massivement aux campagnes de vaccination qui se poursuivent à travers le territoire national, et ce, dans l’objectif de prémunir nos concitoyens de la gravité des effets de cette pandémie sur les plans sanitaire, économique et social. Dans ce cadre et indépendamment des conditions d’accès imposées pour les voyageurs, le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie recommande l’institution du passe-sanitaire comme condition d’entrée et de sortie du territoire national. Cette mesure sera mise en œuvre dans les prochains jours pour ce qui est du transport de voyageurs par voie maritime. Les pouvoirs publics pourraient être amenés à édicter des mesures sanitaires adaptées à l’évolution de la situation épidémiologique, notamment en matière d’obligation vaccinale et d’extension du passe-sanitaire à certaines activités. Il est à rappeler que l’accès aux manifestations sportives et culturelles et aux salles des fêtes est déjà subordonné à la présentation d’un certificat de vaccination. Avec la hausse des cas de contamination et le relâchement constaté dans le respect des mesures barrières, auxquels il faudra ajouter le manque d’engouement pour la vaccination de la part des citoyens, de plus en plus réticents, l’Algérie n’st pas à l’abri d’une 4e vague de la pandémie Covid-19. A ce titre, de nombreux spécialistes ont mis en garde contre cette 4e vague dont les conséquences ne sont pas connues pour le moment, mais qui pourraient être néfastes. En décidant récemment de reconduire le dispositif actuel de protection et de prévention pour une période de 21 jours dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Coronavirus, le gouvernement avait tenu à rappeler les recommandations du comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus et de l’autorité sanitaire qui insistent sur la prudence et l’extrême vigilance que les citoyens doivent observer, en soulignant que la baisse du taux d’incidence de l’épidémie durant cette période ne signifie pas que le risque soit totalement écarté, alors que beaucoup de régions dans le monde connaissent le début d’une nouvelle vague de la pandémie. C’est pourquoi, il a exhorté les citoyens à éviter les postures de relâchement et de poursuivre, de manière rigoureuse, le respect des gestes barrières, notamment le port obligatoire du masque et  l’observation des règles d’hygiène, ainsi que l’application stricte des différents protocoles sanitaires adoptés par le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus et dédiés aux différentes activités économiques, commerciales et sociales.

Les pouvoirs publics pourraient être amenés à édicter des mesures sanitaires adaptées à l’évolution de la situation épidémiologique, notamment en matière d’obligation vaccinale et d’extension du passe-sanitaire à certaines activitésIl rappelle, une fois de plus, l’importance de la vaccination qui connaît un faible rythme d’évolution, malgré la disponibilité de millions de doses de vaccin, alors qu’elle constitue le meilleur moyen de prévention et de protection des citoyens et de la société en général. Comme elle demeure l’élément essentiel concourant à la normalisation de la situation et au maintien des activités économiques et sociales. Dans ce cadre et en attendant la mise en place du passe-sanitaire en vue d’accéder à certains espaces publics et à l’effet d’encourager la dynamique de vaccination, les pouvoirs publics ont décidé d’exiger, dans la perspective d’ouvrir les enceintes sportives aux spectateurs, la présentation d’un certificat de vaccination comme condition d’accès à ces infrastructures au moment de l’acquisition du billet et de l’accès aux stades. A l’occasion du déroulement du prochain match de l’équipe nationale et suite à l’accord donné pour permettre à 14 000 spectateurs d’assister à cette rencontre, le public intéressé est informé de la mise en œuvre de cette mesure, qui sera également applicable aux autres manifestations sportives avec des jauges adaptées à la capacité de chaque enceinte sportive. Le gouvernement a aussi réitéré son appel en direction des citoyennes et des citoyens non encore vaccinés à l’effet de participer massivement aux campagnes de vaccination qui se poursuivent à travers le territoire national, et ce, dans l’objectif de prémunir nos concitoyens de la gravité des effets de cette pandémie sur les plans sanitaire, économique et social. Pour la réussite de l’opération de vaccination, l’Etat avait mobilisé tous les moyens nécessaires afin de vacciner le plus grand nombre possible de citoyens. Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, avait indiqué que cette campagne nationale de la vaccination devrait permettre d’atteindre l’objectif de vacciner 70% de la population d’ici la fin de l’année en cours avec l’implication et le rôle que vont jouer tous les secteurs ministériels, la société civile et le partenaire social. Il avait tenu à souligner que cette campagne de vaccination «nous permettra de manière efficace à atteindre notre objectif tant attendu qui consiste à vacciner pas moins de 70 % d’algériens d’ici la fin de l’année en cours». Pour atteindre cet objectif, le ministre de la Santé a insisté sur le rôle que vont jouer les secteurs ministériels, de la société civile et du partenaire social qui ont déjà contribué, chacun dans son domine, à lutter contre la pandémie, a-t-il affirmé. Le ministre a également appelé à une «totale mobilisation» du Gouvernement et du peuple algérien pour la réussite de cette campagne de vaccination, et ce, jusqu’à ce que «nous atteignions un grand nombre de personnes vaccinées», ce qui permettra, dit-il, de réduire l’incidence de la pandémie et soulager les hôpitaux». Dans le même registre, M. Benbouzid a appelé les personnes âgées de plus de 18 ans à se faire vacciner au niveau des espaces mis à leur disposition à travers tout le pays, et où toutes «les conditions nécessaires y sont réunies», soulignant qu’il faudra réaliser des chiffres record de nombre de vaccinés d’ici la fin de l’année. Il a aussi convié la presse nationale, qu’il considère comme un «partenaire efficace», à se mettre de la partie et jouer un rôle «positif» au cours de cette campagne de vaccination, en sensibilisant le citoyen sur les risques du Coronavirus.

T. Benslimane

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here