Malgré le nul en Zambie: Des motifs de satisfaction pour les Verts

0
244

Au cours d’un match sans enjeu pour l’équipe nationale et devant un adversaire jouant le tout pour le tout pour conserver ses chances de se qualifier à la CAN, les poulains de Belmadi ont joué crânement leurs chances confirmant leur nouveau statut, malgré des absences de marque dans l’effectif.

Ils pouvaient revenir aisément avec les trois points de la rencontre, n’était la partialité flagrante de l’arbitre qui a accordé deux penaltys imaginaires à l’équipe locale. Un favoritisme étonnant et surprenant dont les Chipolopolos n’ont même pas pu profiter, puisqu’il leur fallait impérativement la victoire pour pouvoir prétendre à la qualification. La manière véhémente avec laquelle ont réagi les joueurs de l’équipe nationale envers l’arbitre à la fin de la partie, prouve qu’ils n’ont pas du tout apprécié le nul concédé à Lusaka. Djamel Belmadi leur a inculqué la culture de la gagne, ils ne peuvent plus dès lors se contenter du point du nul qui pourtant leur permet d’améliorer leur série d’invincibilité en la portant à 23 matchs sans défaite. Mais les Algériens ont quitté la Zambie remontés et frustrés d’avoir été «volés» par l’arbitrage «maison» du Comorien Ali Mohamed Adelaïd, comme l’a déclaré le coach national à la fin de la rencontre.  «C’était impossible de battre la Zambie aujourd’hui pour la raison que tout le monde a pu voir. Très difficile d’accepter le score final après ce qu’il vient de se passer au cours de cette rencontre», a-t-il tonné, tout en ajoutant qu’il ne pouvait pas blâmer ses joueurs dans ces conditions. «Ils ont fait le boulot. Ils ne pouvaient contrôler ce qui s’est passé. Nous aspirons à être solides, à concéder le moins de buts, mais à voir la façon avec laquelle nous avons encaissé les buts ce soir, il n’y avait rien à faire», regrette-t-il presque résigné. Il faut savoir que c’est la deuxième fois de suite que l’équipe nationale inscrit plus de deux buts en dehors de ses bases. C’est assez rare pour être souligné. L’équipe nationale sous la houlette de Djamel Belmadi a gagné en maturité et en régularité. Elle évolue à l’aise partout et sans aucune contrainte ou complexe. Signe d’une équipe en confiance ayant acquis une grande expérience et du métier au plus haut niveau. Pourtant, le ticket de la qualification étant déjà en poche,  on pouvait craindre légitimement un relâchement chez les joueurs, d’autant que des cadres de l’équipe et non des moindres manquaient à l’appel. Il n’en fut rien. Les «remplaçants» ont assuré pleinement leur rôle. L’on pense notamment à Rachid Ghezzal, auteur d’une prestation XXL, ternie malheureusement par une blessure que l’on espère pas trop grave. Il y a aussi le retour tonitruant  d’Islam Slimani ponctué par un doublé qui le rapproche davantage du record d’Abdelhafid Tasfaout, le meilleur buteur des Verts de tous les temps avec 36 réalisations. L’attaquant de l’Olympique Lyon n’est plus qu’à quatre buts de son aîné. Il y a des motifs certains de satisfaction après la prestation des Verts en Zambie, malgré le nul concédé (3-3). Mais le plus important est que Belmadi n’a pas du tout l’intention de démissionner comme l’a laissé croire la rumeur, ces derniers jours. Le sélectionneur l’a affirmé en réitérant son engagement «avec le pays».  «Il y a un projet commun dont je fais partie. Il y a aussi les joueurs et un environnement qui doit être sain, mais on voit que ce n’est pas ça», déplore-t-il à la fin. Espérons que son appel soit entendu…

Ali Nezlioui