Modernisation des collectivités locales: Des bornes biométriques au  niveau des services d’Etat civil pour le retrait des documents

0
728

 Le directeur du Centre national des titres et  documents sécurisés, auprès du ministère de l’Intérieur, des Collectivités  locales et de l’Aménagement du territoire, Hacène Boualem a annoncé,  hier  à Tipasa, l’équipement « prochain » des services d’Etat civil du  pays, à l’aide de bornes biométriques destinées au retrait personnel des  documents.

« A court terme, les services d’Etat civil seront équipés avec des bornes  biométriques, qui permettront au citoyen de se faire délivrer ses  documents, en utilisant sa carte d’identité, dans le cadre de la stratégie  de modernisation de l’administration », a indiqué M Boualem, dans son  intervention à une rencontre régionale sur le guichet électronique, ouverte  par le wali Mohamed Bouchama. Cet équipement a été conçu pour lire électroniquement les données de la  CNIBE (carte nationale d’identité biométrique et électronique), a-t-il  expliqué, soulignant la contribution attendue des nouveaux systèmes  électroniques sécurisés dans la réduction du temps dévolu à l’a délivrance  des documents, grâce notamment à la généralisation de l’exploitation des  guichets électroniques. Le guichet électronique, qui est entré en expérimentation, depuis une  année, au niveau d’Alger, permet le traitement d’un dossier en seulement  cinq minutes, contre 15 minutes, dans le passé, selon le responsable, qui a  assuré, qu’il s’agit là « des normes mondiales, en vigueur ». Il a ajouté, que la modernisation de l’administration, qui est « un pas  important », avant la consécration du Gouvernement électronique, doit se  faire progressivement suivant une vision bien étudiée, s’appuyant sur des  bases scientifiques. M.Hacen Boualem a, signalé à ce propos, le lancement programmé du permis  de conduire biométrique à point, avant de la fin de l’année en cours,  tandis que le projet du livret de famille biométrique « devrait être  effectif en 2019, ou 2020, au plus tard ». La carte grise biométrique sera  quant à elle effective en 2019, prévoit-il. Il s’agira, également, selon le même responsable, de raccorder la totalité  des communes à la base des données du ministère de l’Intérieur et du  registre d’Etat civil, parallèlement à la révision de certaines lois et  procédures, en sus de la formation des personnels des collectivités  locales. Depuis 2012, année du lancement du système biométrique, il a été procédé à  la délivrance de 13 millions de passeports biométriques, et 12 millions de  cartes d’identité biométriques, en plus d’autres documents désormais  accessibles au niveau de n’importe quelle commune du pays pour le citoyen. « La prochaine étape pour nous sera d’investir dans + l’identité numérique+  à travers l’Internet, et l’usage de la puce de la CNIBE », a encore fait  savoir M. Boualem. Auparavant, le responsable a assuré que les préparatifs du ministère de  l’Intérieur, pour la généralisation du guichet électronique « sont quasis  achevés (99%) ». « Il reste juste certaines erreurs à revoir, suite à la  période d’expérimentation  à Alger », a-t-il ajouté, précisant que la première étape de l’opération  englobera 47 sièges de communes, avant sa généralisation au reste des  communes du pays. Dans son intervention à cette rencontre régionale, ayant vu la  participation de sept wilayas, le wali a souligné l’importance du guichet  électronique dans la réduction de la masse des documents requise des  citoyens pour la délivrance de leurs papiers, dont notamment le S12. Outre  la réduction de la marge d’erreur dans les documents administratifs, la  suppression de la saisie et un gain de temps considérable. Cette 6eme rencontre du genre, après celles d’Oran, Constantine, Biskra,  Laghouat et Boumerdes, a vu la participation des wilayas d’Ain Defla,  Relizane, Chlef, Médéa, Blida et Illizi.

M.A