Mustapha Chérif : « L’Algérie prône les vertus de la modération »

0
890

L’ancien ministre de l’enseignement supérieur et ex ambassadeur, Mustapha Chérif a animé, hier, au Conseil de la Nation, une conférence autour d’une thématique d’actualité, « le dialogue des civilisations et les relations internationales ».

Abdelkader Bensalah Président de la Chambre Haute , Mohamed Ali Boughazi conseiller auprès de la Présidence de la République , Djamel Kaouane, ministre de la communication l’archevêque d’Alger, Henri Teissier, Benzerrouki Fafa Sid Lakhdar présidente du Conseil national des droits de l’Homme, le secrétaire général du Haut Commissariat à l’amazighité (HCA), Si El-Hachemi Assad, Belaïd Salah président du Haut-Conseil de la langue arabe, Bouabdellah Ghlamallah président du Haut conseil islamique anciens ministres, parlementaires et représentants du mouvement associatif ont suivi l’intervention . L’ancien ambassadeur a tenté d’expliquer à l’assistance les enjeux de la problématique à plusieurs facettes en revenant sur les fondements réels du dialogue des civilisations. Selon elle « L’Algérie s’appuie sur l’esprit du saint coran qui ordonne la paix, les actes politiques éthiques majeurs du prophète Mohamed QLSSL, l’islam national moderne, l’appel du premier novembre ». «  L’Algérie attachée à la charte des nations unies, avec à sa tête le Président de la République a une stratégie. Elle sait qu’il est vital de revenir au dialogue des civilisations et à la primauté du droit des institutions internationales pour contribuer à la paix », a-t-il ajouté. Il est temps de répondre à l’appel moderniste de l’ordre mondial injuste basé sur le sécularisme. Le modèle algérien dérange par ses dimensions culturelles fondées sur le centrisme » a-t-il indiqué en soulignant que les sociétés musulmanes restent vivaces et résistent à toute forme d’extrémisme malgré les tentatives de déstabilisations menées par l’occident au nom justement de ce dialogue des civilisations. D’après l’auteur de plusieurs ouvrages dont « l’islam tolérant ou intolérant », « Islam et modernité », « l’islam à l’épreuve du temps » «  ce dialogue des civilisations n’est qu’un slogan. Le monde a affaire, d’après lui, « à une idéologie qui ne veut pas dialoguer justement. Pis encore, elle ne reconnait pas l’autre». Aussi, il rappellera l’importance du dialogue véritable pour faire reculer les idées extrémistes. «  C’est politique adoptée pleinement par  l’Algérie attachée à la culture de la dignité, de la non ingérence dans les affaires internes des autres pays », a-t-il soutenu. Mustapha Chérif a clamé que notre pays terre d’hospitalité, carrefour des civilisations, a toujours été à l’avant-garde du combat pour la culture de la paix. Il a estimé enfin qu’il est possible de relever le défi qui consiste à «bâtir une civilisation universelle commune». Ce défi, reconnaît t-il, semble toutefois très difficile, voire impossible à relever, compte tenu des rapports d’agression et de domination qui prédominent dans les relations internationales.