Nigeria : Jusqu’à 200 enfants risquent de mourir de faim, chaque jour, dans le nord-est du pays

0
944

L’ONG Save the Children a estimé  hier que jusqu’à 200 enfants âgés de moins de 5 ans risquent de mourir de faim chaque jour dans le Nord-Est du Nigeria, épicentre des violences du groupe terroriste Boko Haram.

«Les nouveaux chiffres recueillis par Save The Children révèlent que la moitié des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aigüe», réfugiés dans les districts du Nord-Est du Nigeria où l’ONG peut travailler. «Les chiffres pourraient être pires dans les régions qui sont toujours inaccessibles à cause de l’insécurité», a annoncé l’ONG dans un communiqué, calculant que «200 enfants pourraient être en train de mourir de faim chaque jour», notamment parmi les 2,6 millions de déplacés du conflit.  Ben Foot, directeur de Save the Children au Nigeria, a visité un centre de santé dans la périphérie de Maiduguri, capitale de l’Etat du Borno (Nord) où 1,5 millions de personnes ont trouvé refuge, suite au conflit entre l’armée et le groupe extrémiste Boko Haram. «Notre unité intensive est déjà en sur-capacité, et les enfants sévèrement touchés par la malnutrition doivent être traités à même le sol sur des  matelas», a déclaré B. Foot. «Bientôt, a-t-il dit, nous serons dans l’incapacité de nous occuper des enfants mourant de faim». Le 1er juillet, l’Unicef avait prévenu que 250 000 enfants de moins de cinq ans, premières victimes d’un manque d’alimentation, allaient souffrir de malnutrition sévère extrême dans l’Etat du Borno cette année, dont 50 000 risquant même de mourir si rien n’est fait. Ce chiffre est désormais monté à 75 000.