Oran : Approbation de l’étude de classement de l’Ile Plane

0
1349

L’étude de classement de l’Ile Plane « Paloma » a  été validée, mercredi à Oran, par le comité de wilaya des aires protégées,  a annoncé jeudi de la directrice de l’Environnement.

L’arrêté du classement de l’Ile Plane, une aire marine protégée relevant  de la commune de Bousfer (Aïn El Turck), une fois signé par le wali d’Oran,  sera soumis à la tutelle pour qu’il soit décrété, comme ce fut le cas pour  le classement de la réserve marine protégée des « Iles Habibas » en mars  2003, a indiqué, Mme Samira Daho. Cette étude de classement a été soumise pour approbation par le Comité des  aires protégées regroupant les directions de l’Environnement, du Tourisme  et de la Culture, la Conservation des forêts, l’APW et le mouvement  associatif. Elle intervient après la signature d’un arrêté par l’ex wali,  Abdelghani Zaalane portant sur les conditions d’ouverture de cette aire  marine au public. Il s’agit d’un préalable indispensable pour le classement des zones  terrestre et marine de cette aire protégée, deuxième du genre après les  Iles Habibas, pour le développement de l’éco-tourisme dans la wilaya  d’Oran, a ajouté la même source. Bâtie sur cinq hectares et disposant d’un patrimoine faunistique et  floristique riche en espèces, cette île nécessite, selon l’étude de son  classement, un plan de gestion rigoureux pour garantir son développement  durable, compte tenu des nuisances éventuelles qui menacent son écosystème. La pêche au filet traînant doit être interdite dans les eaux qui entourent  l’île pour mieux protéger les espèces naturelles de son milieu marin, de  même que l’activité d’exploration ou encore l’introduction d’espèces  exotiques et génétiques et autres qui peuvent perturber la croissance des  ressources durant la période d’hivernage, a souligné Mme Daho, relevant  l’importance de la préservation de l’environnement côtier de l’île avec une  délimitation des zones pour mieux organiser le flux. Selon la direction de l’Environnement, la mission d’étude est exercée par  l’association écologique marine « Barbarous », dans le cadre du Programme de  petites initiatives (PPI) pour les organisations de la société civile  d’Afrique du nord (PPI-ASCAN).  Ce programme, accompagné par le ministère de l’Environnement, a été  présenté en mars 2017 au siège de la direction de l’Environnement de la  wilaya, en présence de membres de la Commission des aires protégées de la  wilaya. Le littoral oranais est riche en système insulaire, notamment avec les  îles Habibas (40 hectares), première réserve naturelle marine protégée,  classée en mars 2003.  Les Iles Habibas se situent à 28 kilomètres au nord des côtes oranaises.  Elles ont un statut qui leur permet de disposer de mécanismes  juridiques pour préserver leur patrimoine faunistique et floristique.

Lehouari K