Partenariats économiques: L’Algérie entend multiplier les investissements durables

0
1009

L’Algérie a fait part durant l’année 2017, de sa volonté à élever ses partenariats notamment économiques, à un niveau plus élevé et d’élargir les champs de coopération.

Entres ces partenariats figurent ceux scellés avec la Russie, la France et la Turquie. S’agissant de la Russie, les deux pays déjà signé « cinq accords de partenariat et de coopération dans les secteurs de la justice, de la santé, des hydrocarbures, de la formation professionnelle et de l’énergie nucléaire civile, ainsi qu’un mémorandum d’entente dans le domaine des industries pharmaceutiques ».

D’autres projets de partenariats ont été annoncés au mois de septembre derniers. Ces derniers devant toucher aux domaines de « l’industrie, des transports, du bâtiment, de la géologie, de l’agriculture, de la santé publique, de la science, de  l’espace et de l’informatique ».

Un protocole de travail algéro-russe dans le domaine de l’urbanisme a été signé par le ministre Temmar et son homologue russe Mikhail Men, à l’issue de la première réunion du groupe de travail des cadres du secteur des deux pays. Un programme de travail a également été défini en vue de « permettre aux partenaires de différents organismes de mettre en œuvre les projets arrêtés conjointement pour l’année 2018 », avait indiqué le ministre dans une déclaration à l’APS.

Le développement du partenariat entre les deux pays a été motivé, comme expliqué par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, par le « succès des rencontres bilatérales ». Les deux pays, notons-le, entendent par ailleurs « multiplier les projets mixtes dans divers secteurs ». Certaines sociétés russes ont déjà fait part de leur intérêt à « réaliser des projets avec des partenaires algériens à travers des usines mixtes d’assemblage de matériel roulant ». Pour sa part, l’Algérie pourra bénéficier de l’expérience russe qui excelle dans la réalisation des grands projets.

Pour ce qui est de la France, l’Algérie a rappelé sa volonté d’approfondir ses relations et ce après la visite de travail et d’amitié du  président français Emmanuel Macron en Algérie, le 6 décembre dernier. Les deux pays ont déjà procédé à signature de « 14 accords de partenariats dans plusieurs domaines, publics et privés ». Citons à titre d’exemple, la réalisation de s usines, Renault et Peugeot. Trois autres accords a-t-on indiqué auparavant, sont en cours de ratification.  Il s’agit-là de la convention « d’entraide judiciaire, le protocole adjoint aux soins de santé et l’accord des jeunes actifs ».

Du côté partenariat algéro-turc, les moyens de  renforcer les relations bilatérales, ont été évoqués fin décembre dernier, lors des entretiens tenus avec le président de la commission des affaires étrangères de la Grande Assemblée nationale turque Volcan Bozkir. Les entretiens ont en effet constitué une occasion pour examiner les relations entre les deux pays notamment sur le plan  économique et les moyens à entreprendre en vue d’établir un partenariat économique gagnant-gagnant.