Pénurie des produits de large consommation: La commission d’enquête parlementaire à pied d’œuvre

0
227

Après son installation par le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, la commission d’enquête parlementaire sur la pénurie de produits de large consommation est à pied d’œuvre depuis hier.

Composée de membres de la chambre haute du Parlement, ainsi que de représentants de partis politiques et d’organisations nationales, cette commission est appelée à se rendre dans plusieurs wilayas du pays, notamment frontalières, en vue de contrer les manœuvres des spéculateurs, et écoutera des responsables, dont des ministres, avant de soumettre son rapport final dans une vingtaine de jours au président de la République. La décision de mettre en place cette commission d’enquête a été prise à l’issue d’une réunion du Bureau du Conseil de la nation, présidée par Salah Goudjil, et élargie aux présidents des groupes parlementaires et ce, en accord avec la politique pertinente du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, au titre de ses efforts soutenus et de sa ferme volonté de lutter contre le fléau du monopole et de la spéculation illicite, qui prennent de nouvelles proportions menaçant la stabilité, la cohésion et l’immunité sociétale de la nation, et au regard des développements survenus sur le marché des biens et marchandises dans plusieurs wilayas et des pratiques et comportements hostiles et honteux de certains spéculateurs qui s’en prennent à la subsistance des citoyens. La commission est chargée d’enquêter sur les problèmes de pénurie et de monopole touchant certains produis essentiels de large consommation à travers le pays et fera la lumière sur les causes de cette crise, ses instigateurs et les parties qui l’alimentent, en vue de contrer les manœuvres et les comportements malveillants répétés des spéculateurs qui participent de leur égoïsme et de leur avidité aux dépens des producteurs et des consommateurs. Le Conseil de la nation avait tenu à rappeler à tous les spéculateurs, les larbins de la cupidité et les provocateurs de troubles et des tentatives d’atteinte au pays que le Parlement, avec ses deux chambres, avait adopté récemment une loi relative à la lutte contre la spéculation illicite qui prévoit des dispositions et des mesures répressives. Soulignant sa pleine adhésion à la démarche adoptée par le président de la République et aux mesures de lutte contre les ennemis du pays, le Conseil de la nation avait affirmé que l’Algérie nouvelle, avec ses différentes institutions, «sévira contre toutes les parties qui tentent de mettre en péril la subsistance des Algériens et déjouera tous leurs plans ignobles». «L’Etat et la loi seront à l’affût à travers la consécration de la reddition des comptes en vue d’instaurer une vision claire de l’égalité sociale et de préserver le caractère social de l’Etat», avait-on souligné. La commission d’enquête entamera son travail en se rendant dans les wilayas frontalières. Il s’agit, notamment de Tébessa, Souk Ahras, El Tarf, Naâma, Tlemcen, Béchar, Adrar, Bordj Badji Mokhtar, Tamanrasset, Aïn Guezzam, Ouargla, El Oued, Illizi et Djanet et se rendra également dans certains départements ministériels et services concernés et dans les grandes villes. Des rencontres sont également prévues avec toutes les instances, opérateurs et intervenants dans les secteurs public et privé, et acteurs de la société civile. M. Goudjil avait rappelé aux membres de cette commission la responsabilité qui leur incombe compte tenu de la dimension nationale que revêt la guerre lancée par l’Etat, sous la direction du président de la République, contre les auteurs de ces actes irresponsables et contraires à la loi. Le même responsable avait appelé à conjuguer les efforts pour régler ce problème et éliminer les pratiques en cause, exhortant les membres de la commission à faire preuve d’efficacité, à effectuer leur travail loin des médias et à s’abstenir de toute déclaration. Il avait également insisté sur l’objectivité et le sérieux dans l’accomplissement de cette mission nationale, précisant par ailleurs que la commission établira un rapport détaillé sur la question qui sera soumis au président de la République. Récemment, le ministre de Commerce, Kamel Rezig, avait ordonné de maintenir une disponibilité immédiate et un suivi permanent, notamment pendant les jours fériés officiels et hebdomadaires, appelant à redoubler et intensifier les efforts, notamment auprès des partenaires et des professionnels, afin de lutter contre les pratiques commerciales illégales. Il avait également ordonné de renforcer le contrôle pour mettre fin à le spéculation et à la monopolisation des marchandises et de doubler la production de certains produits qui connaissent ces derniers jours des déséquilibres de distribution et une pression sur la demande. Pour rappel, le président de la République avait instruit le gouvernement à l’effet de résoudre les préoccupations des citoyens et lutter contre la flambée des prix des produits de base, même si il est fait recours à l’importation, à titre urgent et exceptionnel, pour inonder le marché des produits objet de spéculation. Il avait insisté sur la nécessité de s’intéresser davantage aux questions liées aux préoccupations des citoyens, à travers plusieurs mesures dont le règlement immédiat des préoccupations des citoyens concernant les secteurs du Commerce et de l’Agriculture et la lutte contre la flambée des prix. Le chef de l’Etat avait, en outre, ordonné de prendre des dispositions immédiates pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens. Il avait, à ce titre, ordonné immédiatement la réduction de l’impôt sur le revenu global, l’augmentation du point indiciaire dans la Fonction publique et la coordination étroite entre les ministères du Commerce et de l’Agriculture en vue d’assurer un contrôle maximal sur les produits agricoles, les légumineuses et les pâtes alimentaires. Ces mesures avaient été saluées par plusieurs syndicats et fédérations nationales qui ont estimé que ces mesures contribueront à améliorer le pouvoir d’achat des travailleurs et des fonctionnaires et permettront d’assurer davantage de cohésion au sein de la société et de maintenir la stabilité. Ils ont, d’autre part, formé le vœu de voir d’autres revendications satisfaites pour réparer les injustices causées aux travailleurs, affirmant placer toute leur confiance en les autorités supérieures du pays qui sont pleinement au fait des aspirations des citoyens.

T. Benslimane

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here