Promotion de l’Economie Sociale et Solidaire: Le PNUD et le ministère du Travail signent un accord

0
339

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en Algérie et le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, ont signé mardi un accord pour la mise en œuvre d’un projet portant sur l’Economie Sociale et Solidaire (ESS).

Ce projet vise «la promotion de l’emploi et l’inclusion économique des jeunes, des femmes et des personnes aux besoins spécifiques», a précisé, Mme Nassima Benzitouni responsable de communication au sein du PNUD-Algérie. La cérémonie de signature s’est déroulée en présence de Mme Blerta Aliko, représentante résidente du PNUD en Algérie, de M. Ogawa Kazuya, ambassadeur du Japon en Algérie, dont le pays soutient ce projet avec un financement de 454.000 dollars, ainsi que des représentants du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Social et celui des Affaires Etrangères La mise en œuvre de cette initiative intitulée «L’économie sociale au service de l’inclusion économique des jeunes et de l’innovation sociale», s’étalera jusqu’en mars 2021 dans 3 wilayas pilotes : Khenchela, Béchar et Oran. Ce projet «s’inscrit dans la continuité du partenariat stratégique entre le PNUD et le gouvernement Algérien pour la promotion de l’emploi et l’autonomisation des jeunes, des femmes, et la réalisation des Objectifs de Développement Durable». Il vise aussi à améliorer l’insertion sociale et économique des jeunes et leur employabilité, notamment par l’accompagnement d’un groupe de 30 jeunes, dont 40% de femmes, à la création de micro-entreprises adaptées aux spécificités des wilayas pilotes et en mesure de répondre durablement aux besoins des citoyens. Il a également pour objectif de renforcer les capacités des acteurs institutionnels et de la société civile dans leur travail conjoint pour la promotion et le développement de l’économie sociale et solidaire. Une attention particulière sera portée aux personnes aux besoins spécifiques, via les agences de soutien à l’emploi des jeunes, les associations, les incubateurs d’entreprises sociales et toute structure recevant des jeunes. Vu le caractère transversal et multisectoriel de l’économie sociale et solidaire, la mise en œuvre de ce projet se fera en étroite collaboration avec 9 autres départements ministériels, à savoir :

la Solidarité Nationale, la Formation, l’Industrie, la Micro-entreprise, l’Agriculture, l’Intérieur et Collectivités Locales, le Tourisme et Artisanat, l’Environnement, la Jeunesse et Sports et l’Enseignement supérieur. Les mécanismes de soutien à l’emploi et à l’entreprenariat des jeunes (ANSEJ, CNAC, ANGEM) seront également bénéficiaires du projet qui vise à renforcer leur coordination pour favoriser l’émergence d’un écosystème favorable à l’entreprenariat dans les wilayas pilotes. À ce propos, Mme Blerta Aliko a affirmé, en marge de la signature de l’accord, que «la thématique de l’autonomisation et de l’emploi des jeunes est un enjeu capital pour tous. Il constitue l’une des priorités de l’agenda de développement durable 2030, surtout qu’il occupe une place prépondérante dans le plan d’action du gouvernement algérien». De son côté, l’ambassadeur du Japon en Algérie, M. Ogawa, a déclaré que ce projet correspond à «la nouvelle approche japonaise pour la paix et la stabilité en Afrique que le Premier ministre du Japon a annoncé en août 2019 lors de la 7e Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique». M. Ogawa a enfin exprimé son espoir de continuer à renforcer la coopération triangulaire entre le PNUD, l’Algérie et le Japon.

Akli B.