Recommandations de la Conférence sur le plan de relance économique: Le CNES fait part de 279 actions réalisées

0
283
An Iraqi worker opens an oil pipeline at al-Shouayba refinery station in Basra June11, 2003. OPEC on Wednesday agreed to hold the line on oil output and called another meeting in seven weeks time in case recovering Iraqi exports undermine high prices. REUTERS/ Jamal Said IRAQ OIL

Un total de 279 actions inscrites dans les recommandations de la «Conférence nationale sur le plan de relance pour une économie nouvelle», tenue en août 2020, ont été réalisées sur l’ensemble des 755 préconisées, selon le 2e Rapport d’évaluation de la mise en œuvre des actions issues de cette Conférence.

Ce rapport établi par le Conseil national économique, social et environnemental (CNESE) dans le but de retracer l’évaluation des contributions des secteurs ayant participé aux réunions de suivi qu’il a organisé du 19 au 23 mai dernier, fait état d’un taux d’achèvement de ces actions de l’ordre de 37%. Le CNESE a répertorié ces actions sur cinq positions : actions achevées (279, soit 37%), actions en cours de réalisation (165, soit 22%), actions en attente de lancement (73, soit 10%), actions en retard d’aboutissement (161, soit 21%) et actions annulées (3), en plus de 74 actions répertoriées dans la catégorie des «cases non renseignées» avec 10%. Le rapport note que 31% des actions répertoriées (dans le cadre de ce plan) sont considérées comme des actions à court terme impliquant une mise en œuvre allant jusqu’au 31 décembre 2021. Pour ces actions qualifiées d’urgentes, «seulement 47% des actions ont été achevées et 40% des actions sont en cours de réalisation», selon le rapport qui souligne que les secteurs productifs sont représentés par 40% des actions issues de la Conférence, alors que les 60% qui restent sont partagées entre les autres secteurs, à savoir les secteurs de régulation (25%), les secteurs socioéconomiques (19%) et les secteurs d’appui aux activités productives (16%). Pour ce qui est de la répartition des actions du plan de relance par ministère et par catégorie sectorielle, les canevas renseignés et transmis par les secteurs, à l’issue de ces réunions, qui ont couvert 18 secteurs, souligne le CNESE dans son rapport.  Le CNESE a réparti les secteurs sur quatre  catégories sectorielles identifiées qui comprennent les secteurs productifs dans lequel le ministère de l’Agriculture et du Développement rural arrive en tête du classement par nombre d’actions réalisées avec un total de 123 actions, soit 40%, suivi par le ministère de l’Energie et des Mines, avec 76 actions (25%). La seconde catégorie concerne les secteurs de régulation dans laquelle le ministère du Commerce arrive en tête du classement avec 81 actions (43%), loin devant le secteur des micro-entreprises, avec 50 actions (26%). Pour ce qui est des secteurs d’appui, le ministère de la Poste et des Télécommunications se taille près de 70% du portefeuille d’actions avec 82 actions, alors que les secteurs socioéconomiques sont dominés par le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville qui représente 49% des actions (69 actions).     Par ailleurs, le rapport relève aussi les actions urgentes achevées par les différents secteurs qui montrent la progression des secteurs quant à l’aboutissement des actions urgentes, qui auraient dû être finalisées au 31décembre 2020. Ainsi, les secteurs qui ont achevé à 100% leurs actions urgentes sont la Banque d’Algérie, le département de l’Industrie pharmaceutique, celui des Micro-entreprises ainsi que le ministère de la Numérisation et des Statistiques.

Le CNESE a établi, aussi, la liste des secteurs qui ont atteint plus de 50% de réalisation de leurs actions urgentes durant cette période. Il s’agit des ministères de l’Economie de la connaissance et des Startups (89%), de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville (71%), de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du  erritoire (67%), de la Justice (60%), de l’Energie et des Mines (50%) et du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial (50%). Le rapport a cité, en outre, les secteurs dont le taux de réalisation de leur action est en dessous des 50%, énumérant le ministère du Commerce (48%), celui de l’Agriculture et du Développement rural (44%), des Postes et des Télécommunications (32%), le département des Travaux publics et des Transports (27%), le ministère de l’Industrie (23%), celui des Ressources en eau (17%) et enfin le ministère des Finances (10%).

  1. Derbal / Ag.