26.9 C
New York
dimanche, octobre 17, 2021
AccueilActualitéRentrée professionnelle 2021-2022:660 000 stagiaires et apprentis rejoignent les établissements de formation

Rentrée professionnelle 2021-2022:660 000 stagiaires et apprentis rejoignent les établissements de formation

Quelque 660 000 stagiaires et apprentis, tous modes de formation confondus, dont 200 000 nouveaux stagiaires, rejoignent, aujourd’hui, les établissements de formation, à l’occasion de la rentrée professionnelle session octobre 2021-2022, et ce, dans le cadre du respect du protocole sanitaire et en pleine campagne de vaccination contre la Covid-19 en direction de la corporation.

A cet effet, le ministère a pris plusieurs mesures en vue d’assurer toutes les conditions pédagogiques, humaines et matérielles, à l’effet de garantir une rentrée répondant à la demande nationale sur la formation, à la faveur notamment d’encadrement pédagogique composé de 19 203 enseignants formateurs et 321 729 nouvelles places pédagogiques, dans les différents modes et dispositifs de formation. Pour cette nouvelle rentrée professionnelle, le secteur a programmé 81 042 nouvelles places pédagogiques pour les formations en présentiel, 112 102 autres places dans la formation par apprentissage et 3514 places pédagogiques pour les formations à distance. Le secteur a également prévu 18 766 nouvelles places pédagogiques en cours du soir, 5772 places destinées à la formation en milieu rural, 10 404 autres en formation par passerelles, 21 874 places pour la formation des femmes au foyer et 490 autres dans le cadre du dispositif d’alphabétisation-qualification, outre 25 616 places pédagogiques disponibles au niveau des établissements privés agréés. S’agissant des formations destinées à catégorie des handicapés, le secteur offre 638 places pédagogiques dans les centres de la formation professionnelle des handicapés physiques, le ministère œuvre à assurer un environnement de formation adapté aux besoins de cette catégorie, notamment par l’ouverture de spécialités qui s’adaptent aux différents types de handicaps physiques. Il s’agit d’une démarche à même de contribuer à la concrétisation de l’objectif tendant à intégrer cette catégorie dans la vie professionnelle et sociale, en permettant aux personnes aux besoins spécifiques d’avoir une qualification professionnelle. Sur un total de 321 729 nouvelles places pédagogiques, 227 534 places seront en formation diplômante et 94 195 places en formation qualifiante, et ce, dans le cadre de la politique visant à donner la priorité à ce mode de formation. En prévision de cette rentrée, le secteur a programmé 407 spécialités dans les modes de formation présentielle et de formation par apprentissage, dont 125 spécialités pour les formations qualifiantes à courte durée, 114 spécialités pour les candidats ayant le niveau de 3e année secondaire. Ces spécialités couvrent 23 branches professionnelles figurant dans la nomenclature des branches professionnelles et des spécialités de formation professionnelle.

Le secteur met l’accent sur l’orientation des spécialités et offres de formation ouvertes vers les secteurs prioritaires pour la relance de l’économie nationale en vue de faciliter l’insertion professionnelle des diplômés du secteur suivant des normes répondant aux exigences des entreprises en matière de main-d’œuvre qualifiée, aux spécificités de chaque région et aux développements technologiques modernes. Dans cette optique, le secteur a axé les offres de formation sur des filières liées essentiellement à l’agroalimentaire, l’hôtellerie et la restauration, l’artisanat, l’eau, l’environnement, la numérisation et les énergies renouvelables. Les spécialités de l’industrie, de l’agriculture, du bâtiment, des travaux publics, et du tourisme représentent un taux de57,28 % des offres globales. Par ailleurs, le secteur œuvre à élargir et diversifier les offres de formation au profit des jeunes sans niveau scolaire. Plusieurs spécialités ont été programmées au profit de cette catégorie de citoyens pour leur permettre de bénéficier d’une formation qualifiante. Concernant l’enseignement professionnel, les offres que propose le secteur pour ce cursus en prévision de cette rentrée dépassent 2000 places pédagogiques. Le secteur dispose de 17 instituts de l’enseignement professionnel répartis sur 15 wilayas qui assurent une formation dans plusieurs domaines, dont l’agriculture, l’industrie, l’électricité, l’informatique, l’agroalimentaire, l’hôtellerie, la production mécanique et la maintenance des équipements de l’agriculture. Deux nouveaux instituts seront ouverts dans les wilayas de Médéa et de Ghardaïa pour assurer la formation dans le bâtiment et les travaux publics et un troisième institut dans la wilaya de Khenchela qui sera spécialisé dans l’industrie.

Merabi passe en revue avec l’ambassadeur d’Italie les opportunités de coopération bilatérale

Le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Yacine Merabi, a passé en revue, hier à Alger, avec l’ambassadeur d’Italie à Alger, Giovanni Pugliese, les opportunités de coopération bilatérale dans le domaine de la formation professionnelle. Lors d’une audience accordée par le ministre à l’ambassadeur d’Italie, les deux parties ont abordé les relations algéro-italiennes, particulièrement en ce qui concerne «les développements et les défis en matière de formation professionnelle», évoquant «les domaines pouvant constituer des opportunités de coopération et de partenariat entre les établissements de la formation professionnelle algériens et italiens», a indiqué un communiqué du ministère. Le ministre a donné un aperçu sur le programme de développement et de réforme du système de formation et d’enseignement professionnels», soulignant que «le plan d’action de son secteur accorde un intérêt particulier à l’adaptation des programmes et offres de formation aux exigences du marché de l’emploi, à l’employabilité des diplômés et aux qualifications de la formation professionnelle, en vue de réduire le chômage». Dans ce cadre, le ministre a souhaité «la réalisation d’un partenariat avec les établissements italiens de la formation professionnelle pour tirer profit de leur expertise, notamment dans les domaines de la formation dans la restauration des monuments historiques, l’hôtellerie et le tourisme, l’agroalimentaire et les nouveaux métiers basés sur les Technologies de l’information et de la communication (TIC)». Le ministre a demandé à l’ambassadeur «d’étudier l’éventualité d’autoriser les étudiants et enseignants de la formation professionnelle à effectuer des stages pratiques au sein des entreprises économiques italiennes établies en Algérie pour tirer profit de l’expertise et des  technologies de pointe de ces entreprises». De son côté, l’ambassadeur d’Italie a exprimé sa disposition à appuyer la coopération entre les deux pays dans tous les domaines liés à la formation professionnelle».

Ahmed Itchiran / Ag.

ARTICLES SIMILAIRES

Du même auteur

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -

ARTICLES POPULAIRES