Sécurité des frontières: Les forces de l’ANP prêtes à mettre en échec toutes les tentatives de déstabilisation

0
331

Face aux multiples tentatives de déstabilisation qui guettent le pays ces derniers temps, les forces de l’ANP, habituées à appréhender les risques et menaces venant de tous les coins de nos vastes frontières, sont prêtes à mettre en échec toutes ces tentatives et riposter à toutes les menaces liées au terrorisme, au crime organisé et à la prolifération et la circulation des armes.

Les forces de l’Armée, qui ne cessent de mettre hors d’état de nuire des éléments terroristes, de procéder à l’arrestation de trafiquants de tout genre et de saisir des marchandises de contrebande et des armes aux frontières, restent à l’affût du «moindre bruit» qui peut nuire à la stabilité et à la sécurité du pays. Pour de nombreux spécialistes dans les questions sécuritaires, il s’agit d’une nouvelle approche basée sur «une doctrine de sécurité forgée selon un schéma de menaces d’origine étatique». Selon ces mêmes spécialistes, l’Algérie a connu «un terrorisme de masse, mais l’ampleur des instabilités et leur étendue dans le voisinage sahélo-maghrébin créent une configuration nouvelle», estimant que les menaces «ne sont pas toutes de nature exogène» et que la menace terroriste «est en partie endogène». Partant de ce postulat, l’Algérie a appris à compter sur ses propres moyens et cela fait d’elle l’un des pays les plus engagés dans la sécurité régionale dans un environnement à forte activité terroriste. À cet égard, la gravité de la situation dans les pays voisins a mis les frontières de l’Algérie dans une situation très préoccupante exigeant une grande vigilance de la part de l’ANP pour garantir la sécurité du pays et protéger l’intégrité du territoire national. Le contexte actuel est très compliqué suite aux conditions difficiles que traverse la région. Cela impose une vigilance permanente et un déploiement rigoureux et exige des éléments de l’ANP d’être omniprésents sur tous les fronts à l’intérieur du pays pour faire face aux groupuscules terroristes résiduels ainsi que sur la bande frontalière. Selon de nombreux observateurs, les facteurs-clés de la lutte antiterroriste résident notamment dans les moyens mis à disposition des éléments de l’ANP dont la grande priorité est la lutte contre le terrorisme et le crime organisé, et dans la coopération et la coordination avec les services de sécurité des États voisins. En multipliant ses visites aux différentes régions militaires, le chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d’armée, Saïd Chengriha s’est dit «pleinement convaincu» que le peuple algérien «est devenu, plus que jamais, conscient et ne peut être manipulé ou poussé dans des dédales périlleux et qu’il se mobilisera contre tous les desseins pernicieux pour repousser ainsi ceux qui guettent le pays». Il a appelé, par la même occasion, tous les Commandements à appliquer «rigoureusement» les instructions et les orientations du Haut-Commandement pour mettre en échec tout plan ou action de déstabilisation. «C’est un peuple authentique, forgé par les épreuves et l’adversité, et qui a mené une des plus glorieuses révolutions de libération de l’histoire contemporaine et vaincu les plans du terrorisme barbare. Un peuple mu par des valeurs, des principes, une volonté et une ambition qui lui permettent de s’inscrire sur la voie du progrès et du développement, de constituer une puissance réelle, et de continuer, avec détermination et résolution, à aller de l’avant afin de concrétiser ses attentes légitimes pour construire un état puissant, moderne et prospère», a-t-il soutenu. Il a indiqué également que les sites et les réseaux sociaux constituent une «tribune» pour les réseaux du crime organisé, connus pour «leur rancune et leur haine» envers l’Algérie, qui a réussi à «contrer leurs attaques et mettre en échec tous leurs plans et complots menés à travers le cyberespace». Il avait précisé que «les tentatives de manipulation, la diffusion des messages de propagande, la promotion des idées subversives par ces réseaux ont, clairement, pour objectif de servir des agendas hostiles qui sont désormais démasqués pour tous». Il a néanmoins relevé que «grâce» à la prise de conscience des concitoyens et la «mobilisation» de toutes les institutions spécialisées en cyber-sécurité, l’Algérie a réussi à «contrer ces attaques et mettre en échec tous les plans et complots menés à travers le cyberespace». Le général de corps d’Armée avait souligné également que la mission de protection, de sécurisation et de défense du cyberespace est une «responsabilité collective» assurée à travers «une stratégie nationale globale de cyber-sécurité», à laquelle tout le monde doit adhérer. «Je tiens également à préciser que la mission de protection, de sécurisation et de défense de notre cyberespace est une responsabilité collective, assurée par une stratégie nationale globale de cyber-sécurité, à laquelle nous devons tous adhérer, à commencer par le citoyen, qui doit prendre conscience des dangers du cyberespace et respecter rigoureusement les mesures appropriées lors de l’utilisation des moyens technologiques, en passant par les experts», a-t-il indiqué, signalant que le rôle de ces experts est de «mettre à contribution leurs expériences et leurs points de vue, pour la réussite de cette stratégie nationale». M. Chengriha a souligné que cette responsabilité collective touche également les responsables à tous les niveaux qui doivent veiller à «s’adapter en permanence aux évolutions accélérées du cyberespace et à fournir les solutions requises, tant préventives que correctives, à même de préserver notre fonds informationnel, d’une part, et de sauvegarder les droits et la liberté de nos concitoyens, d’autre part». La dangereuse conspiration ayant permis le démantèlement d’une cellule dont les auteurs sont impliqués dans la planification d’attentats et d’actes criminels lors des marches et des rassemblements populaires dans plusieurs régions du pays, en sus de la saisie d’armes de guerre et d’explosifs destinés à l’exécution de ses plans criminels, et dévoilée récemment par les services de l’Armée, atteste que l’Algérie est ciblée de toute part et qu’elle fait l’objet de plans de déstabilisation fomentés par des parties ayant bénéficié de financement et du soutien de pays étrangers. Il faut dire que l’unification des rangs et la consolidation du front interne sont devenues une revendication forte de la société civile afin de contrer l’acharnement piloté par des parties externes pour déstabiliser l’Algérie et ses institutions constitutionnelles et semer les graines de la méfiance parmi le peuple. Ceci au moment où de nombreux acteurs de la scène politique nationale ont mis en garde contre une nouvelle arme employée contre l’Algérie, en l’occurrence des cyber attaques pilotées par des parties connues et d’autres occultes pour déstabiliser l’Algérie et son institution militaire en semant les graines de la méfiance au sein de la société et en entamant la confiance entre le peuple et l’armée. L’objectif est d’affaiblir l’Etat, en ce sens que l’Armée est l’élément de force de tout Etat. Pour ces mêmes acteurs, le ciblage de l’Algérie, au regard de tous ses éléments de force, est à inscrire dans le modus opéradi de groupes tendancieux, internes et externes, pour la fragiliser à travers ses frontières, protégées par l’ANP, d’autant qu’elles sont devenues des foyers de tension, en particulier à l’Ouest avec la présence de l’entité sioniste, ajoutant que cette présence constitue le plus grand danger au vu des positions de l’Algérie.

  1. Benslimane